GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Japon divisé sur une réforme de la Constitution pacifiste

    media Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, souhaite une révision de la Constitution de 1947. Reuters

    Au Japon, la politique reprend ses droits après la trêve due à la succession impériale. Naruhito à peine monté sur le trône, le Premier ministre, Shinzo Abe, propose de réviser la Constitution pacifiste de 1947. Le Japon s'y engage à ne plus jamais faire la guerre à quiconque et à ne pas avoir d'armée. Le Japon doit-il se remilitariser ? Les avis sont très partagés.

    De notre correspondant à Tokyo,  Bruno Duval

    Shinzo Abe veut une armée digne de ce nom et plus seulement des « Forces d'autodéfense ». Le statut des 250 000 militaires qui les composent fait débat ici puisque la Constitution interdit au Japon d'avoir des forces armées. Selon Shinzo Abe, cette polémique est insultante pour les soldats. Leur légitimité doit donc figurer noir sur blanc dans la Constitution.

    « Toucher à la Constitution, c'est prendre le risque que le Japon connaisse à nouveau des dérives nationalistes et belliqueuses, comme dans le passé. Donc c'est ouvrir la boîte de Pandore, à mon avis », nous explique un jeune homme, à qui ce projet ne plaît pas du tout.

    « La guerre, je l'ai vécue! »

    Beaucoup de personnes âgées sont hostiles à une telle révision. « Shinzo Abe ne devrait pas jouer comme ça avec la paix. La guerre, moi, je l'ai vécue quand j'étais gosse : les bombardements de Tokyo, toutes ces nuits où on devait courir se réfugier dans les abris », se rappelle un octogénaire.

    L'électorat nationaliste lui applaudit Shinzo Abe. Il a toujours trouvé ce texte, rédigé sous la dictée de l'occupant américain, humiliant. « La paix ! Les Japonais n'ont que ce mot à la bouche depuis 1947, nous assure ce retraité. Mais enfin ! Deux dictatures communistes nous menacent: la Chine et la Corée du Nord. Donc, le Japon n'a pas le choix. Il doit absolument réécrire sa Constitution. Et se réarmer, c'est-à-dire au minimum doubler le budget de la Défense. »

    Les Japonais devront se prononcer par référendum. Au vu des sondages, ce référendum s'annonce périlleux pour le Premier ministre.

    ► À écouter aussi : Japon: vers une modification de la Constitution?

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.