GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Singapour: le pays adopte une loi contre les fausses informations

    media Le Parlement de Singapour a adopté une loi anti-infox (photo d'illustration). ROSLAN RAHMAN / AFP

    Malgré la polémique, Singapour vient d'adopter sa loi sur les infox. Le texte est passé le 8 mai au Parlement. Sur le papier, il s'agit de lutter contre la diffusion de ces fausses informations sur Internet. Mais dans un pays dirigé d'une main de fer par un parti unique, ces dispositions radicales font craindre de nouvelles dérives autoritaires.

    Vrai ou faux ? Désormais, c'est aux ministres de le dire. En matière de liberté d'expression, ce texte ultra-répressif donne tous les pouvoirs au gouvernement singapourien. Critiquez l'État sur votre blog, postez un commentaire sur les réseaux sociaux, et s’il ne plaît pas aux autorités, vous risquez jusqu'à 10 ans de prison et 700 000 dollars d'amende.

    Les critères ? Opaques, obscurs, voire absurdes. Comme cette définition kafkaïenne prévue à l'article 2 : « Une déclaration est considérée comme fausse lorsqu'elle est fausse ». Pour les partis d'opposition à Singapour, c'est une épée de Damoclès qui peut viser tous les citoyens en désaccord avec le pouvoir.

    Nouveau tour de vis autoritaire

    Même les géants du Net comme Google et Facebook ont dit non à cette loi, qui pourrait, selon eux, brider l'innovation à Singapour. Les organisations de défense des Droits de l'homme dénoncent un nouveau tour de vis autoritaire. Mais le gouvernement reste droit dans ses bottes.

    Le ministre de l'Intérieur répond qu'il ne s'agit pas de contrôler les opinions, mais qu'une société démocratique doit faire la distinction entre l'information et la désinformation.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.