GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Amérique centrale: les réseaux sociaux, connexion essentielle pour les migrants

    media Deux migrants honduriens profitent d'un moment de repos pour recharger leur téléphone à Esquipulas au Guatemala. Le 10 avril 2019. REUTERS/Luis Echeverria

    Depuis l’an passé, les migrants centraméricains, principalement honduriens, sont toujours plus nombreux à quitter leur pays pour se rendre aux Etats-Unis, en passant par le Mexique. Ils ont pris désormais l’habitude de se déplacer en caravanes, et sans jamais se séparer de leur téléphone portable. Car pour eux, les réseaux sociaux jouent désormais un rôle essentiel, voire vital.

    De notre correspondant à Mexico,

    Facebook et surtout WhatsApp sont devenus des instruments indispensables pour tous ceux qui veulent émigrer vers les États-Unis. Tout d’abord, ils permettent de convoquer de futurs migrants, en faisant savoir qu’une caravane va se former pour quitter par exemple le Honduras, comme cela a souvent été le cas ces derniers mois. Et puis, c’est l’occasion pour ceux qui rejoignent les groupes de chat de poser des questions pour avoir un maximum de détails avant de partir.

    Le gouvernement hondurien accuse l’opposition

    Dans ce sens, ces réseaux sociaux jouent un rôle moteur dans la formation des caravanes et dans cette nouvelle manière d’émigrer, portable en main.

    Derrière la formation de ces caravanes, il est difficile de connaître l’identité des administrateurs des groupes. Il peut s’agir de candidats à l’émigration ou bien de migrants qui, après avoir été expulsés des États-Unis, veulent y retourner. Ils créent donc un chat pour inciter leurs compatriotes à se joindre à une caravane.

    Mais parfois, pour ajouter à la confusion, il arrive aussi qu’il y ait une politisation de ces réseaux sociaux. C’est ainsi qu’en octobre dernier, le gouvernement hondurien a accusé les membres de l’opposition d’être derrière la première grande caravane -  qui a compté jusqu’à 7 000 migrants - dans le but, soi-disant, de « déstabiliser le pays ».

    Une fois en route, les migrants utilisent aussi les réseaux sociaux comme mécanismes de protection. Cela leur permet d’être en contact permanent avec les autres membres de la caravane, notamment pour les avertir des dangers qu’ils courent durant leur marche. C’est également un moyen essentiel de communication qui leur permet de rester en contact permanent avec leur famille restée au pays, que ce soit en leur téléphonant sans aucun coût, en chatant avec eux ou en leur envoyant des photos ou des vidéos. Mais bien sûr, il faut que leur portable soit chargé. Ce qui explique pourquoi ils se ruent sur les prises électriques dès qu’ils font une halte dans une localité.

    Le CICR connecté…

    Dans le cadre de ces flux migratoires, des organisations ont aussi recours aux réseaux sociaux pour aider les migrants. C’est le cas du Comité International de la Croix Rouge. Se rendant compte que les migrants utilisent toujours plus WhatsApp tout au long des routes migratoires, le CICR a décidé de diffuser des messages à travers cette application pour leur donner des conseils, pour les mettre en garde contre les risques auxquels ils peuvent être confrontés durant leur périple, ainsi que pour leur indiquer la localisation des foyers d’accueil les plus proches. En plus, cette initiative est interactive, car les migrants peuvent poser des questions aux membres de cette organisation qui leur répondent personnellement !

    Migrants using WhatsApp can get advice on how to stay safe and avoid illness, sickness

    C’est d’autant plus important qu’aujourd’hui, le gouvernement mexicain semble vouloir appliquer une nouvelle politique qui vise à bloquer les caravanes dans le sud du pays ou les fragmenter. Ce qui pousse les migrants à voyager seuls, en famille ou en petits groupes et les oblige à prendre des routes toujours plus dangereuses, notamment celles qui sont contrôlées par le crime organisé. Il est donc important qu’ils puissent rester en contact avec ces organisations à travers leur téléphone portable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.