GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Législatives aux Philippines: Duterte pourrait conforter sa majorité

    media Le président Rodrigo Duterte en meeting à Manille le 11 mai. Noel CELIS / AFP

    Ce lundi, 62 millions d'électeurs sont appelés aux urnes aux Philippines. Ils doivent choisir leurs élus municipaux et régionaux et renouveler l'ensemble de la Chambre des représentants et la moitié du Sénat. Ce sont des élections de mi-mandat pour le président Rodrigo Duterte. Très décrié depuis son arrivée au pouvoir en 2016, il est très populaire parmi ses concitoyens. Et c'est ainsi qu'il pourrait bien sortir gagnant de ces élections dont le résultat influera largement sur la deuxième moitié de son mandat à la présidence du pays.

    Les choses s'annoncent bien pour Rodrigo Duterte. Selon les récentes enquêtes d'opinion, huit Philippins sur dix se disent satisfaits de l'action de leur président.

    Même si les méthodes ultra-violentes avec lesquelles il mène la guerre contre le crime organisé et le narcotrafic ont été dénoncées par les défenseurs des droits de l'homme, qui dénombrent plus de 20 000 morts depuis l'arrivée au pouvoir du chef de l'État.

    Si les sondages disent vrai, Rodrigo Duterte ne devrait pas seulement conserver sa majorité à la Chambre des représentants lors des scrutins de ce lundi. Il a aussi de bonnes chances de prendre le contrôle du Sénat.

    Le président aurait ainsi les coudées franches pour faire ce qu'il avait promis. Premièrement, rétablir la peine de mort et abaisser la responsabilité pénale de 15 à 12 ans. Deuxièmement, réformer la Constitution, avec entre autres la possibilité pour lui de briguer un nouveau mandat en 2022. L’opposition, de son côté, a mené une campagne dans un contexte houleux : plusieurs de ses élus ou candidats ont été accusés, emprisonnés même pour certains, dans le cadre d'affaires liées au narcotrafic, mais toujours contestées par les intéressés.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.