GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Chine: des étudiantes vendent leurs ovocytes pour financer leurs études

    media Des étudiants chinoises à l'université de Shenyang, en décembre 2018. (Photo d'illustration) STR / AFP

    En Chine, le commerce d’ovocyte est interdit par la loi. Pourtant, le trafic perdure, selon le Quotidien de la jeunesse de Pékin qui y consacre une enquête ce lundi 13 mai. Les filles sont choisies en fonction de critères esthétiques et de leur niveau d’études.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Officiellement, il ne s’agit jamais d’argent mais de « rétribution ». Sur les affiches placardées devant les universités comme sur les annonces diffusées sur les réseaux sociaux, ce sont des « bénévoles » qui sont recherchées par les cliniques privées de fécondation in vitro.

    Des bénévoles à qui sont reversées parfois jusqu’à plus de 50 000 euros (400 000 yuans) en « frais de bouches » en échange d’un prélèvement d’ovocyte. Les jeunes femmes sont choisies en fonction de critères bien précis, raconte le Beijing Xing Nian Bao.

    Le Quotidien de la jeunesse de Pékina envoyé une de ses journalistes se faire passer pour une donneuse. L’intermédiaire lui a demandé son âge, ses mensurations et son niveau d’instruction, des critères qui comptent dans la fixation du montant de la transaction.

    Les ovules se négocient généralement entre 2 500 et 10 500 euros, beaucoup plus dans certains cas. Les intermédiaires oublient évidement de signaler les risques qu’encourent les jeunes femmes. En cas d’accident, le crime est réprimé pénalement selon un décret datant de 2003, qui n’a pas visiblement pas empêché le trafic.

    En 2015, une lycéenne avait ému l’opinion en racontant avoir vendu ses ovules devant les caméras de la télévision centrale de Chine dénonçant à l’époque « des filles choisies comme des fruits sur le marché ».

    Selon le ministère de la Santé, 15% à 20% des couples souffrent d’infertilité en Chine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.