GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Sri Lanka: couvre-feu et réseaux sociaux coupés après des heurts interreligieux

    media Un musulman devant la mosquée Abbraar Masjid saccagée après les heurts à Kiniyama, le 13 mai 2019. REUTERS/Dinuka Liyanawatte

    Le Sri Lanka fait face à des émeutes antimusulmanes, les pires depuis les attentats du 21 avril contre des églises catholiques et des hôtels de luxe, organisés par des islamistes locaux et revendiqués par le groupe EI dans le nord de Colombo depuis dimanche. Des groupes armés ont saccagé des mosquées et des magasins tenus par des musulmans, dont l'un d'entre eux a été tué. Le gouvernement a imposé la nuit dernière un couvre-feu national et coupé les réseaux sociaux.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Tout semble avoir commencé dimanche, dans la ville de Kiniyama, à 100 km au nord de Colombo. Les forces de sécurité en charge de trouver les complices des terroristes du mois dernier viennent de fouiller un lac pour s’assurer que des armes n’y sont pas cachées.

    C’est alors qu’un groupe d’habitants, mené par des moines bouddhistes, exigent que la mosquée voisine soit également inspectée. Face à la résistance des religieux, plus de 1 000 personnes armées de barres de fer et d’épées forcent l’entrée, saccagent tout le bâtiment et profanent les corans.

    Des groupes d’assaillants, souvent à moto, répandent ensuite cette violence aux villages voisins pendant plus de 24h, abîmant deux autres mosquées et des dizaines de magasins tenus par les musulmans.

    Ce sont les pires violences depuis les attentats du 21 avril et le gouvernement sri lankais a donc rétabli les mesures d’exception prises alors : couvre-feu pendant toute la nuit et large coupure des réseaux sociaux qui sont utilisés pour répandre des rumeurs et organiser ces saccages.

    La police a promis des punitions exemplaires, mais son impuissance à empêcher cette flambée de violence ne rassure pas la communauté musulmane.

    À lire aussi : Sri Lanka: l’appel au calme de l’Église après des heurts interreligieux

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.