GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Mobilisation en Corée du Sud pour sept réfugiés nord-coréens détenus en Chine

    media Des manifestants protestent en faveur des réfugiés près de l'ambassade de Chine à Séoul. (Photo d'archives) REUTERS/Kim Hong-Ji

    Plusieurs ONG de défense des droits de l’homme demandent à la Chine de ne pas renvoyer en Corée du Nord sept réfugiés nord-coréens, détenus par la police chinoise depuis le 28 avril dans la province du Liaoning, près de la frontière nord-coréenne.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Parmi ces sept Nord-Coréens détenus se trouvent une fillette de neuf ans et deux adolescents. « La Chine ne doit pas [les] renvoyer en Corée du Nord, où ils risquent la torture, des violences sexuelles, des peines de travail forcé et d’autres horreurs », appelle ce mardi matin l’ONG Human Rights Watch.

    L’association rappelle que Pyongyang considère que faire défection est un acte de « trahison », passible de la peine de mort. À Séoul, plusieurs organisations ont manifesté devant l’ambassade chinoise pour demander que les sept fuyards soient envoyés en Corée du Sud. L’affaire fait grand bruit, notamment parce que les parents de la fillette ont déjà trouvé refuge au Sud.

    La Chine rapatrie en général au Nord tous les réfugiés nord-coréens qu’elle arrête sur son territoire. Il lui est cependant arrivé de les envoyer au Sud, notamment après des campagnes menées par des ONG, et suite à des pressions diplomatiques discrètes exercées par des pays tiers, dont la Corée du Sud.

    Mais à Séoul, des militants accusent le président Moon Jae-in d’éviter la question, de peur de détériorer encore davantage un dialogue intercoréen très mal en point. Depuis 2011, la Corée du Nord a renforcé la surveillance de ses frontières, et les arrivées au Sud de réfugiés ont été divisées par deux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.