GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Quatre nouveaux morts sur l'Everest embouteillé

    media L’alpiniste japonais Takako Arayama, âgé de 70 ans, mène d’autres alpinistes sur le chemin menant au sommet de l’Everest, le 17 mai 2006. REUTERS/Stringer

    Quatre alpinistes ont péri sur l'Everest, ont annoncé ce vendredi des organisateurs d'expéditions, portant à huit le nombre de morts cette saison sur le toit du monde dont la fréquentation croissante crée de dangereux embouteillages en « zone de la mort ».

    Quelque 550 grimpeurs étaient parvenus au sommet de l’Everest depuis le début de la saison. Mais deux Indiens, un Autrichien et un Népalais y ont succombé en l’espace de 48 heures.

    Pour expliquer ces décès, les experts mettent en avant le nombre réduit de fenêtres météo favorables pour monter au sommet cette année, mais aussi la multiplication des permis. Le Népal en a émis 381 (à 11 000 dollars pièce) rien que pour la période d’escalade du printemps. L’an dernier, 807 personnes avaient atteint le sommet, un record qui pourrait être battu cette année.

    L’un des morts est resté coincé plus de 12 heures dans l’embouteillage

    Mais la hausse du nombre de décès a amené des grimpeurs et des experts à demander une limitation du nombre de ces permis. Car selon Alan Arnette, un blogueur spécialisé cité par l’AFP, « avec si peu d’opportunités météo, il est impossible de faire passer tant de gens à travers les goulots d’étranglement ».

    Ces derniers jours, d’impressionnantes photos montraient une longue queue d’alpinistes emmitouflés attendant leur tour sur une arête, entre la cime et le col sud. Or rester trop longtemps à une altitude supérieure à 8 000 mètres augmente les risques de gelures, de mal des montagnes - ou tout simplement d’y perdre la vie. Un des Indiens morts ce jeudi était resté coincé plus de 12heures dans l’embouteillage, avant d’être ramené par des sherpas dans un des camps, mais il était trop tard.

    ►À lire aussi : Népal: l'Everest à prix cassé met les vies en danger

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.