GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: des accusations de chantage sexuel éclaboussent la présidence

    media Cette affaire fragilise un peu plus la présidence d'Ashraf Ghani, ici le 30 juin 2018 à Kaboul. NOORULLAH SHIRZADA / AFP

    En Afghanistan, la présidence est visée par des allégations de chantage sexuel. Elles ont été formulées par un ancien membre du gouvernement afghan et visent le cercle proche du président Ashraf Ghani. Le porte-parole du chef de l'État a démenti. Une enquête a été ouverte ce mardi 28 mai par le bureau du procureur.

    Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

    « Des groupes de personnes au sein du palais présidentiel réclament des faveurs sexuelles en échange de postes ministériels ou de sièges au Parlement. » L'accusation, faite au cours d'une interview télévisée sur une chaîne locale afghane, vient du général Ahmadzai. L’ancien conseiller à la sécurité nationale parle aussi de cas de corruption. Il ne donne aucune information supplémentaire.

    Ces allégations sont sans fondement, a réagi la présidence afghane qui a fait savoir que les résultats de l’enquête qui a été ouverte seront rendus publics.

    Interrogée par un média étranger, l’ex-responsable de la communication du Conseil à la sécurité nationale, Mariam Wardak, a abondé dans le sens du général Ahmadzai, affirmant que ses propos étaient fondés. De nombreuses femmes ont vivement réagi sur les réseaux sociaux, la mettant en garde contre le risque d'œuvrer contre l’intérêt des femmes dans le pays.

    La société reste très conservatrice en Afghanistan. Il est extrêmement difficile pour la majeure partie des Afghanes de travailler ou d’étudier une fois mariées. Les familles craignent que l’honneur de leur épouse ou de leur fille soit souillé en cas de comportement jugé non conforme aux préceptes de l’islam.

    Cette affaire fragilise un peu plus le gouvernement désuni d’Ashraf Ghani, qui peine à s’imposer dans les discussions de paix entre Américains et talibans depuis l’automne dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.