GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Moldavie se dote d'un gouvernement pro-russe minoritaire deux jours après la chute d'un cabinet pro-européen
    • Koweït: le Premier ministre a présenté jeudi la démission de son gouvernement à l'émir (porte-parole)
    • Le prix Goncourt des lycéens attribué à Karine Tuil pour «Les choses humaines»
    • Incendies sur la côte est de l'Australie: quatre morts, selon un dernier bilan établi par la police
    • Israël déclare avoir tué dans la nuit un commandant du Jihad islamique lors d'une frappe sur Gaza
    • Hong Kong: le «Global Times» supprime son tweet annonçant un couvre-feu imminent
    • Union européenne: Londres ne nommera pas de commissaire européen avant les élections britanniques (Bruxelles)
    • Épidémie d'Ebola en RDC: MSF signale le début de l'utilisation d'un deuxième vaccin à Goma
    Asie-Pacifique

    Inde: Narendra Modi nomme le radical Amit Shah à l’Intérieur

    media Amit Shah à la cérémonie de prestation de serment du Premier ministre Narendra Modi au palais présidentielle à New Delhi. REUTERS/Adnan Abidi

    Amit Shah, bras droit du Premier ministre indien Narendra Modi, a été nommé vendredi ministre de l’Intérieur, un portefeuille-clé qui le place nettement en dauphin de l’homme fort du pays.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    Amit Shah, le président du parti hindouiste du BJP débarque au gouvernement dans l’un des ministères les plus stratégiques : celui de l’Intérieur. Il sera ainsi le numéro trois du gouvernement dans l’ordre protocolaire derrière le Premier ministre et Rajnath Singh, qui passe lui du ministère de l’Intérieur à celui de la Défense.

    Cet hindouiste radical a un passé sulfureux. Depuis 20 ans, il a été accusé d’intimider des témoins de pogroms anti-musulmans de 2002, au Gujarat, et mis en examen pour avoir ordonné l’enlèvement et l’assassinat de mafieux de la région. Mais Amit Shah, devenu alors ministre de l’Intérieur du Gujarat, a évité toute condamnation. Aujourd’hui, cet hindouiste, bras droit du Premier ministre depuis 5 ans, va régner sur la police et les services de renseignements.

    Un ancien ambassadeur aux Affaires étrangères

    Une autre arrivée fulgurante est celle de Subramanian Jaishankar à la tête du ministère des Affaires étrangères. Ce haut diplomate fut ambassadeur aux États-Unis et en Chine, puis Secrétaire général du ministère. Il est très proche de Narendra Modi et va l’aider à gérer les menaces permanentes de conflit avec la Chine et le Pakistan, mais aussi à tempérer l’administration Trump, qui menace d’imposer de nouvelles taxes douanières à l’Inde.

    ►À écouter : Géopolitique, le débat - L’Inde à un tournant de son histoire? (Partie 1)

    Une cinquantaine de ministres et secrétaires d’État avaient prêté serment jeudi soir aux côtés de Narendra Modi, mais les attributions de portefeuilles ministériels n’avaient pas encore été annoncées.


    Chômage en hausse, croissance en berne

    On comprend mieux pourquoi le gouvernement indien n'avait pas publié de statistiques sur le chômage depuis deux ans. Et pourquoi ce n'est qu'au lendemain de la prestation de serment de Narenra Modi, pour son deuxième mandat en tant que Premier ministre, que le chiffre est enfin tombé.

    6,1% de la population active indienne n'a pas de travail. Bien des pays s'en satisferaient, mais en Inde, c'est le pire résultat depuis 1973. « La manière de compter a évolué », a tenté de justifier un officiel auprès de la presse indienne.

    Les mauvaises nouvelles n'arrivant jamais seules, le gouvernement a aussi dû annoncer un nouveau ralentissement de sa croissance : 5,8% pour la période allant de janvier à mars, son pire trimestre depuis plus de quatre ans.

    De quoi mettre en exergue le bilan économique très mitigé de Narendra Modi, élu sur un discours nationaliste hindou et sécuritaire. Après un mandat marqué sur le plan économique par un marché de l'emploi insuffisant pour absorber le million de jeunes qui entre chaque mois dans la vie active, par une baisse inquiétante de la consommation et une crise des zones rurales renforcées par l'augmentation des inégalités.

    À lire aussi : Inde: dans l’Uttar Pradesh, des paysans pauvres décidés à boycotter l’élection

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.