GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un an après le sommet de Singapour, où en sont les relations entre Trump et Kim?

    media Donald Trump et Kim Jong-un lors de leur sommet historique entre les États-Unis et la Corée du Nord, le 12 juin 2018 à Singapour. SAUL LOEB / AFP

    Il y a un an, le 12 juin 2018, se tenait à Singapour le premier sommet entre un dirigeant nord-coréen et un président américain. Un anniversaire que la Corée du Nord a salué à sa façon, en enjoignant les États-Unis à mettre fin à leur « politique hostile » - sans quoi l’accord signé il y a un an entre Kim Jong-un et Donald Trump ne sera plus, selon Pyongyang, « qu’une feuille de papier blanche. »

    Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

    En Corée du Sud, un an après la rencontre historique de Singapour, beaucoup veulent tout de même tirer un bilan positif du sommet.

    Le sommet Kim-Trump avait soulevé en Corée du Sud de grands espoirs de paix et de reprise des échanges avec le Nord. Mais un an après rien ne va plus : le régime a tiré des missiles, il refuse de parler avec le Sud, les négociations nucléaires sont enlisées.

    « Depuis un an, il n’y a pas eu de résultat tangible, alors on est déçus », témoigne une passante dans les rues de Séoul.

    « Ce sommet n’a pas été inutile, il est un pas significatif vers un objectif important, [la paix] », croit savoir une étudiante. Un employé de bureau : « Je pense que c’est encore trop tôt pour dire si le sommet est un succès ou un échec : parce que c’est impossible de résoudre la question nucléaire en seulement un an ! »

    Un point de vue partagé par Go Myung-hyun, chercheur à l’institut Asan à Séoul. « Même si les négociations sont dans l’impasse, Corée du Nord et États-Unis continuent de se parler, rappelle-t-il. Et le Nord ne s’est pas livré à une provocation majeure [depuis Singapour], en dehors des tirs de missile en mai. Par contre, les deux camps devaient parvenir à un plan de dénucléarisation complète de la Corée du Nord, mais aucun progrès n’a été accompli sur cette question. »

    La Corée du Sud a justement besoin d’avancées sur la question nucléaire pour améliorer ses liens avec le Nord. Elle souhaite donc un troisième sommet Kim-Trump, une rencontre très incertaine pour le moment.

    ►À lire aussi : Corée du Nord: deux nouveaux tirs de missiles vers la mer du Japon

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.