GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: rationnement d'eau à New Delhi face à une canicule historique

    media  
    Distribution quotidienne d'eau à New Delhi, le 14 juin 2019. REUTERS/Anushree Fadnavis

    Tout le nord de l’Inde est frappé par la plus longue canicule des trente dernières années : 34 jours à plus de 40°C. Et la mousson a une semaine de retard. Les besoins en eau sont donc énormes. Or, le précieux liquide manque cruellement. Les ressources sont surexploitées et les nappes phréatiques de plusieurs grandes villes sont quasiment épuisées. À New Delhi, l'heure est au rationnement dans certains quartiers pauvres.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Il est 15h30, il fait plus de 40 degrés, et cela fait deux heures qu’une cinquantaine de personnes attendent le camion-citerne qui distribue comme chaque jour l’eau tant attendue.

    Il n’est pas encore arrêté que les enfants ont déjà grimpé sur le toit, ouvert la cuve et plongé plusieurs de leurs tuyaux pour sortir l’eau et remplir des dizaines de bidons.

    « Ça fait tellement de bien de le voir arriver, dit Sanjay, un jeune homme. Sur le toit, là, c’est mon petit frère qui se démène. Nous devons récupérer au moins 100 litres pour ma famille. C’est le minimum. »

    Nous sommes à Sanjay Place, un bidonville situé juste à côté du riche quartier des ambassades, dans le sud de New Delhi. Ses 10 000 foyers, pauvres, dépendent en grande partie de cette livraison quotidienne.

    Avec la canicule, ce rationnement est cruel. Beaucoup n’obtiennent pas 50 litres d’eau par jour et par personne, le minimum requis pour vivre selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

    « Nous sommes cinq et nous vivons avec 150 litres d’eau par jour, confie Ramesh. Ce n’est pas assez, donc nous devons choisir si nous allons boire, laver nos vêtements ou nous doucher. Nous finissons par acheter des bouteilles d’eau pour boire, ce qui nous coûte cher. »

    La municipalité vient d’installer une pompe pour chercher l’eau du sous-sol. Mais cette solution n’est que temporaire : le gouvernement affirme que la nappe phréatique de Delhi, surexploitée, pourrait être épuisée dans moins d’un an.

    ► À lire aussi : Les deux tiers des glaciers de l’Himalaya menacés de fondre d’ici 2100

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.