GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un bateau de pêche nord-coréen passé au Sud sans être repéré crée la polémique

    media Poste de garde sud-coréen à la frontière à Paju, le 20 juin 2019. REUTERS/Kim Hong-Ji

    Les spéculations vont bon train quant à un hypothétique troisième sommet entre le Corée du Nord et les Etats-Unis alors que Trump est attendu samedi 29 juin à Séoul. Ce sommet serait vu d’un très bon œil par le président sud-coréen Moon Jae-in, partisan d’une politique de détente vis à vis du Nord. Une détente critiquée par son opposition conservatrice : celle-ci l’accuse notamment d’affaiblir la posture de défense du pays face à l’ennemi nord-coréen. Des critiques exacerbées depuis qu’un bateau nord-coréen a réussi à passer au Sud sans être détecté.

    De notre correspondant à SéoulFrédéric Ojardias

    Un bateau de pêche nord-coréen, avec quatre marins à bord, a franchi la frontière maritime le 12 juin, selon le récit qu’en fait le quotidien Joongang Ilbo. L’embarcation en bois n’est pas détectée par la marine sud-coréenne, et navigue librement dans les eaux sudistes pendant quatre jours.

    L’équipage finit par accoster tranquillement dans le petit port de Samcheok, à 130 km au sud de la frontière. Un marin descend du bateau, aborde un passant, se présente comme Nord-Coréen et lui dit : « J’aimerais appeler ma tante à Séoul, puis-je emprunter votre téléphone » ? Puis il appelle la police pour signaler son arrivée.

    Depuis, la controverse enfle. « Et si le bateau avait été un bateau-espion ? », tempête le chef de l’opposition. Des analystes militaires accusent la politique actuelle de détente du gouvernement de provoquer un relâchement de la discipline au sein de l’armée et de mettre en danger la sécurité du pays.

    Ils critiquent aussi la récente destruction de postes de garde sur la frontière. Le Premier ministre et le ministre de la Défense ont présenté des excuses sans parvenir à apaiser la polémique. Quant aux quatre marins nord-coréens, deux ont choisi de rentrer au Nord. Les deux autres sont restés au Sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.