GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Il succédera logiquement à Theresa May au poste de Premier ministre. Celle-ci, qui quittera son poste du 10 Downing Street demain mercredi, a été forcée à la démission en mai, confrontée à une révolte de ses propres députés furieux face à son incapacité de faire sortir le Royaume Uni de l’UE à la date-clé du 29 mars.

    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Kirghizstan: l'ancien président Atambaïev inculpé pour corruption

    media Le président sortant kirghize, Almazbek Atambaïev, a pris la parole lors de sa dernière conférence de presse avant de céder sa place au vainqueur des élections d'octobre 2017, Sooronbay Jeenbekov, à Bichkek, le 20 novembre 2017. VYACHESLAV OSELEDKO / AFP

    La guerre des présidents continue au Kirghiztan. La justice de l'ex-république soviétique a inculpé ce mardi 25 juin l'ex-président Almazbek Atambaïev pour corruption et demandé la levée de son immunité parlementaire. Une crise politique qui trouve son origine dans la rivalité entre l'actuel chef de l'État et son prédecesseur.

    C’est une nouvelle étape dans ce que les médias kirghiz appellent « la guerre des présidents ». Une guerre qui se joue entre l’actuel président Sooronbay Jeenbekov et son ancien mentor et prédécesseur Almazbek Atambaïev.

    Les deux sont pourtant arrivés au pouvoir ensemble en 2010, suite à un soulèvement populaire. Sept ans plus tard, lors des élections, Atambaïev avait même mené campagne pour que Jeenbekov puisse prendre sa place à la tête de l’État. Car la Constitution lui interdisait de se faire élire une deuxième fois. 

    À l’époque, les observateurs n’avaient pas hésité à louer les élections comme la première passation de pouvoir pacifique entre deux présidents élus. Mais depuis qu’il a pu consolider son pouvoir, Sooronbay Jeenbekov ne fait plus grand cas de l’alliance qui le lie à son mentor. Plusieurs hauts fonctionnaires nommés sous l’autorité d’Almazbek Atembaïev ont été arrêtés, et les noms d’oiseaux fusent entre les deux hommes devenus les pires ennemis.

    Aujourd’hui, l'ancien chef de l'Etat Almazbek Atembaïev risque d’être traîné devant les tribunaux pour corruption dès que les députés kirghiz - majoritairement loyaux au président actuel - auront levé son immunité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.