GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine interdit la viande canadienne sur son territoire

    media La Chine a demandé au Canada de suspendre immédiatement les exportations de viande canadienne à destination de son territoire (image d'illustration). REUTERS/Hyungwon Kang

    La Chine ferme la porte à la viande canadienne. Pékin a demandé au Canada de suspendre immédiatement les exportations de viande à destination de son territoire, évoquant des problèmes sanitaires. Une décision qui intervient dans un contexte de relations diplomatiques tendues entre les deux pays.

    Pour justifier une telle mesure, les autorités chinoises avancent un problème de certificat. Mi-juin, les services douaniers chinois ont découvert de la ractopamine, un produit dopant, dans une cargaison de porc canadien. Le lot était accompagné d’un certificat falsifié selon les douanes chinoises.

    Suite à cette découverte, Pékin interdit l’importation du porc d'une entreprise canadienne. Les autorités d'Ottawa ont immédiatement ouvert une enquête. Cette dernière révèle des problèmes de faux certificats d’exportation qui pourraient avoir une incidence sur les exportations vers la Chine.

    L’ambassade de Chine indique même que 188 certificats avaient été falsifiés. Sans attendre la fin de l’enquête, la Chine décide donc d’interdire temporairement toute importation de viande canadienne.

    C’est un coup dur pour les producteurs de viande canadiens ; le marché chinois représente près d’un milliard de dollars. Cette mesure intervient dans un contexte de relations très tendues entre les deux pays, depuis l'arrestation par les autorités canadiennes de Meng Wanzhou, la numéro deux de Huawei.

    En procédure d’extradition vers les États-Unis, elle est accusée par les autorités américaines d'avoir contourné les sanctions sur l'Iran. Dans le même temps, la Chine a arrêté deux ressortissants canadiens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.