GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon: un différend historique s'invite dans les échanges commerciaux avec Séoul

    media Les exportateurs de certains matériaux vont devoir à présent demander une autorisation pour chaque expédition vers la Corée du Sud, un processus qui prend à chaque fois environ 90 jours. REUTERS/Kim Kyung-Hoon/File Photo

    Le Japon a annoncé, ce lundi 1er juillet, un durcissement des conditions d’exportation vers la Corée du Sud de produits chimiques utilisés par les grands groupes électroniques sud-coréens. Cette décision sans précédent survient après que des tribunaux sud-coréens ont ordonné à des entreprises japonaises de dédommager des personnes qu’elles avaient forcées à travailler pendant la colonisation de la Corée par le Japon.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    C’est la première fois que le Japon ralentit les procédures d’exportation vers la Corée du Sud de certains de ses produits chimiques entrant dans la fabrication de semi-conducteurs ou d’écrans de smartphones.

    Le Japon exprime ainsi tout le mal qu’il pense de l’utilisation par la Corée du Sud de ses tribunaux pour condamner des groupes japonais comme Mitsubishi qui refusent de verser des dédommagements à des victimes du travail forcé dans leurs usines durant la Seconde Guerre mondiale.

    Tokyo affirme que les contentieux avaient été réglés en 1965

    Tokyo affirme que ces contentieux avaient été réglés par le traité de 1965 ayant permis la normalisation entre les deux pays. Le Japon avait alors versé un montant considérable à la Corée du Sud pour indemniser, entre autres, des ouvriers exploités par ses entreprises.

    Mais la Corée du Sud avait préféré utiliser ces réparations japonaises pour reconstruire son économie. La justice sud-coréenne estime que le traité de 1965 ne porte pas sur les questions relatives au travail forcé dans les usines japonaises.

    Confiance « rompue »

    Aujourd’hui, Tokyo déclare que la confiance avec la Corée du Sud est « rompue ». Chaque exportation d’un produit chimique à un électronicien sud-coréen comme Samsung nécessitera une autorisation qui prendra 90 jours.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.