GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Pakistan: Imran Khan présente ses mesures d'austérité budgétaire

    media Ces derniers mois, la roupie a été fortement dévaluée. REUTERS/Caren Firouz/File Photo

    Le Pakistan se serre la ceinture. Tous les voyants économiques sont au rouge. Les caisses de l’État sont vides. Le gouvernement d’Imran Khan doit remettre son budget fédéral assorti des mesures d’austerité au FMI dans deux jours, le 3 juillet. Ce dernier validera alors ou pas l’accord d’un prêt d'environ six milliards de dollars portant sur 39 mois. Pendant ce temps la roupie poursuit sa dévaluation. Il faut maintenant 159 roupies pakistanaises pour 1 dollar.

    De notre correspondante

    Le mot d’ordre est donc l'assainissement des finances publiques au Pakistan via des mesures d’austérité. Des coupes budgétaires sont prévues dans tous les secteurs. Un budget de 472 millions de dollars sera consacré à l'éducation, soit 22% de moins que l'année dernière dans un pays qui compte près de 200 millions d’habitants. Plus de 22 millions et demi d’enfants ne sont pas scolarisés. 178 millions de dollars sont réservés pour l’enseignement supérieur. Un éditorialiste pakistanais a ironisé en s'adressant directement au Premier ministre pakistanais : « Monsieur Khan, savez vous que l'université d’Oxford en Angleterre où vous avez étudié débourse chaque année près de 3 milliards de dollars ».

    L'éducation n’est clairement pas la priorité de ce budget. Et les économies concernent aussi la santé, avec un budget réduit de 21%. Des coupes budgétaires sont prévues dans le service public également. Et puis il y a toutes les taxes liées à la consommation, le prix de l'essence a grimpé, celui du gaz a augmenté de près de 200%.

    Les produits alimentaires ne sont pas abordables

    La population accueille très mal ces coupes budgétaires. Surtout les plus démunis qui souffrent en premier lieu de ces taxes qui touchent les produits de première nécessité. Sur les étals des marchés, les familles les plus modestes ne peuvent plus acheter des fruits et des légumes de saison. C’est la saison des mangues, des nectarines, des litchis, des pastèques. Mais seuls les classes moyennes et les plus riches peuvent se permettre d’acheter les produits frais, de saison. 

    Certains parents disent avoir même retiré leurs enfants de l'école, ne pouvant plus payer le matériel scolaire. : « Je ne sais pas si je vais pouvoir envoyer mes enfants à l'école quand ils seront en âge d’y aller, confiait  à RFI, il y a quelques jours un manutentionnaire». Les commerçants luttent pour maintenir leur magasin à flot. Ceux qui se fournissent à l'étranger voient les tarifs des livraisons exploser avec l’augmentation du prix du carburant. Ils répercutent ces coûts sur les prix, mais les clients se font plus rares, de nombreux commerces font donc faillite.

    Le Pakistan dans une situation difficile

    Les experts économiques estiment que les mesures d’austérité sont indispensables puisque le pays est au bord de la banqueroute, son déficit budgétaire est d’environ 10% du PIB. Le pays est endetté. Dans les rangs de l’opposition, on qualifie ce budget de plan anti-croissance qui va engendrer du chômage, de la pauvreté et du retard dans le développement du pays. Plusieurs économistes prédisent un appauvrissement dramatique des plus pauvres. 

    Un très faible pourcentage de la population paye ses impôts au Pakistan et c’est ce qu'il faut surtout faire changer disent certains, et notamment lutter contre les niches fiscales notamment. D’autres regrettent qu’un seul secteur ne soit pas touché par les coupes budgétaires: l’armée. Près de 20% du budget fédéral lui est réservé.

    A écouter aussi : Pakistan: la situation économique du pays, une menace à sa sécurité, un danger pour le monde?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.