GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: Rahul Gandhi démissionne de la présidence du Parti du Congrès

    media Rahul Gandhi, le leader du Parti du Congrès indien a démissionné. Photo datée du 2 avril 2019. REUTERS/Adnan Abidi/File Photo

    Rahul Gandhi a officiellement démissionné mercredi 3 juillet de son poste de président du Parti du Congrès. L’arrière-petit-fils de Nehru pourrait être le dernier héritier du parti historique de l’indépendance de l’Inde, qui a essuyé en mai pour la seconde fois consécutive une défaite cinglante aux législatives. Quel avenir pour le parti du Congrès après démission de Rahul Gandhi ?

    C’était attendu depuis plusieurs semaines. Rahul Gandhi est resté fidèle à sa décision. Celle d’assumer la responsabilité de l’humiliation de son parti aux dernières législatives. Dans une lettre publiée sur Twitter, Rahul Gandhi a donc déclaré qu’il n’était plus président du Congrès, rapporte notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard. Il a précisé que cela avait été un honneur pour lui de servir le parti qu’il a décrit comme « le poumon de ce beau pays qu’est l’Inde ».

    Rahul Gandhi a exhorté son parti à nommer rapidement un nouveau président et a assuré qu’il continuerait à travailler en son sein. L’héritier, comme on l’appelle, de la dynastie Nehru Gandhi, dont le père, la grand-mère et l’arrière-grand-père ont été Premiers ministres, avait annoncé dès le 25 mai sa décision de démissionner et d’endosser ainsi la responsabilité de la défaite de son parti aux élections.

    Mais il s’était heurté à l’opposition des cadres du parti qui l’avaient supplié de revenir sur sa décision. Il n’a pas fléchi. Il a décidé de donner l’exemple. Il avait d’ailleurs encouragé plusieurs hauts responsables à démissionner à leur tour. Une sorte d’« auto-purge » nécessaire, selon lui, à la survie du plus vieux parti d’Inde, dont l’avenir reste plus que jamais trouble.

    Célibataire de 49, Rahul Gandhi avait pourtant été préparé par sa famille à devenir Premier ministre. Petit-fils de Nehru, héros de l’indépendance indienne, Rahul n’a que 14 ans lorsque sa grand-mère Indira, Première ministre, est assassinée, et seulement 20 ans lorsque son père est à son tour tué dans un attentat suicide. C’est finalement sa mère Sonia, d’origine italienne, qui va reprendre le flambeau et qui va former Rahul à la politique.

    Etudiant dans les plus prestigieuses écoles d’Inde, il va ensuite parfaire sa formation à Harvard puis Cambridge. Il entre officiellement en politique en 2004 en se présentant dans le fief familial d’Amethi, dans l’Uttar Pradesh. En 2017, sa mère Sonia lui confie la direction du parti avec la mission de le rajeunir et de le ramener aux portes du pouvoir. Une mission qu’il n’aura su mener à son terme.

    À lire aussi : Rahul Gandhi, l’homme qui voulait être roi

    La dynastie Ghandi est «out»...La question est : peut-on faire un aggiornamento avec un nouveau personnel ? Rahul Gandhi va rester dans l'ombre dans le sens où il avait constitué par contre un vrai groupe de jeunes très actifs mais en tout état de cause, c'est un renouvellement beaucoup plus profond et qui doit être en particulier orienté vers les basses castes...

    Jean Joseph Boillot, chercheur associé à l'IRIS spécialiste de l'Inde, auteur de l'«Inde pour les nuls» 03/07/2019 - par Jelena Tomic Écouter

    Rahul Gandhi brosse un tableau très sombre de l'Inde de Narendra Modi en disant 'on n'a pas été battu par un parti', 'on a été battu par un parti qui a mis la main sur la totalité de l'appareil d'État'. Et donc là, c'est une question aussi pour l'avenir. Et il appelle du coup à un renouveau profond de son parti, le Congrès, le plus vieux parti de l'Inde. La question est de savoir si reconstruire le Parti du Congrès sera possible.

    Jean-Luc Racine, directeur de recherche au CNRS: «La question est de savoir si reconstruire le Parti du Congrès sera possible» 03/07/2019 - par Jelena Tomic Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.