GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Japon sanctionne l’industrie sud-coréenne de semi-conducteurs

    media Le Président sud-coréen Moon Jae-in (gauche) et le Premier ministre japonais Shinzo Abe au sommet du G20 à Osaka le 28 juin 2019 Ludovic MARIN / POOL / AFP

    Une nouvelle guerre commerciale s’ouvre entre Tokyo et Séoul. Fâché par une querelle historique liée à son passé colonial, le Japon inflige depuis le 4 juillet des sanctions économiques qui frappent la très florissante industrie sud-coréenne des semi-conducteurs.

    De notre correspondant à Séoul,

    Le gouvernement japonais restreint l’exportation en Corée du Sud de fluorure d’hydrogène et de deux autres produits chimiques. Des composants fabriqués presque exclusivement au Japon et indispensables à la fabrication de semi-conducteurs et d’écrans de smartphones.

    La mesure frappe ainsi une industrie vitale pour l’économie sud-coréenne. Afin d'exporter ces produits chimiques, il faut à présent l’autorisation de Tokyo, qui peut prendre trois mois.

    Un coup dur pour la Corée du Sud

    Pour Séoul, ces sanctions inattendues sont des mesures de rétorsion prises suite à la récente condamnation par la Cour suprême sud-coréennes d’entreprises japonaises, accusées de travail forcé pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Tokyo nie le fait qu’il s’agisse de représailles, mais sans convaincre grand-monde.
    La Corée du Sud a annoncé qu’elle allait déposer une plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

    « Les pertes pour l’industrie coréenne des semi-conducteurs et des écrans seront inévitables », estiment des analystes dans la presse coréenne. L’impact pourrait être mondial, puisque les constructeurs coréens de puces électroniques, tels que Samsung et SK Hynix, représentent plus de 70% de la production de la planète.

    Mais cet impact pourrait n’être que temporaire, la Corée du Sud a déjà annoncé qu’elle envisageait d’investir 760 millions d’euros pour produire elle-même ces composants chimiques, afin de ne plus être dépendante du Japon.

    Ces représailles pourraient donc se retourner contre les entreprises japonaises, qui risquent de perdre leurs principaux clients. D’ailleurs, en 2010, quand le Japon avait été frappé par la Chine de sanctions limitant ses importations de terres rares, nécessaires pour son industrie électronique, ses entreprises avaient trouvé des moyens de remplacer leurs fournisseurs chinois.

    Des relations tendues entre les deux pays

    La Corée du Sud accuse toujours le Japon, son ancien occupant, de ne pas faire suffisamment acte de contrition pour les crimes commis pendant la colonisation, alors que le Japon du très nationaliste Premier ministre Shinzo Abe estime pour sa part s’être suffisamment excusé dans le passé.

    En octobre, la Cour suprême sud-coréenne a condamné l’aciériste japonais Nippon Steel à indemniser quatre Sud-Coréens pour travail forcé pendant la guerre. Mais Tokyo considère que cette question des compensations a déjà été réglée par un traité bilatéral signé en 1965. Depuis, les relations s’enveniment.

    Le problème est aggravé par le désintérêt des États-Unis pour la question. Dans le passé, Washington accourait à chaque différend pour rappeler ses deux alliés militaires au calme, au nom des intérêts stratégiques communs. Mais l’Amérique de Donald Trump ne joue plus ce rôle d’intermédiaire pacificateur.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.