GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Présidentielle au Sri Lanka: ouverture des bureaux de vote
    • Californie: l'adolescent qui a ouvert le feu dans la cour de son lycée est mort de ses blessures
    • Bolivie: 5 paysans pro-Morales tués dans des affrontements
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: fin des tribunaux militaires pour les civils

    media Le Premier ministre et ancien général putschiste Prayut Chan-ocha devant la presse, à Bangkok, le 6 juin 2019. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Le chef de la junte militaire de Thaïlande, devenu Premier ministre, a mis fin 9 juillet à des dizaines de lois édictées après son coup d'Etat de 2014, comme le recours aux tribunaux militaires pour les civils, mais il conserve les détentions arbitraires.

    Fini la cour martiale pour un simple délit. Depuis le coup d’État de mai 2014, près de 2 000 civils ont été jugés devant des tribunaux militaires, principalement pour des prises de position anti-junte et anti-monarchie, rapporte notre correspondante à Bangkok, Carol Isoux. Les affaires actuellement examinées par les tribunaux militaires « doivent être transférées à un tribunal civil » relaie la Gazette royale, journal officiel, mardi soir.

    Cette mesure est la plus visible parmi l’annulation de dizaines de lois sur ordre du général Prayut Chan-O-Cha, chef de la junte devenu Premier ministre après des élections législatives controversées en mars.

    Derrière ce transfert, c’est toute la question de la transition du pays d’un gouvernement militaire à un gouvernement civil. Une transition délicate, d’autant que ce sont les mêmes hommes qui restent au pouvoir. Ces mêmes soldats qui ont pris le pouvoir il y a 5 ans ont fondé depuis un parti politique qui s’est imposé il y a quelques mois lors d’élections très contestées et souhaitent aujourd’hui se détacher du reste de l’armée, où d’autres factions militaires sont désormais plus influentes.

    La toute-puissante armée

    Il s’agit en fait de s’assurer que le gouvernement civil peut, sinon véritablement contrôler le toute-puissante armée, au moins s’en affranchir pour les affaires courantes. Le secteur judiciaire n’est pas le seul concerné, des instances militaires administratives contrôlent désormais la vie de nombreux secteurs de l’Etat. Il sera difficile de les défaire du jour au lendemain.

    En quête de légitimité Prayut Chan-O-Cha peine à former un gouvernement, puisqu’il a dû réunir une coalition pour décrocher une majorité au Parlement. Depuis le coup d'État de 2014, quelque 2 000 personnes ont été jugées par des tribunaux militaires pour des prises de position anti-junte ou crimes de lèse-majesté, une offense passible de plusieurs années de prison dans le royaume.

    Détention arbitraire

    Les militaires se conservent en revanche le droit de procéder à des perquisitions sans mandat et d’arrêter arbitrairement pendant sept jours tout contrevenant dans les affaires touchant à la « sécurité nationale », notion pour le moins vague.

    « On dirait que la junte est incertaine de réussir à garder le contrôle avec des règles démocratiques, alors ils conservent une carte » autoritariste, s’inquiète Anon Chawalawan, de l'ONG de juristes ILaw. En conséquence, il juge insuffisante la suppression d’autres lois édictées par la junte.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.