GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: les membres du nouveau gouvernement s'apprêtent à prêter serment

    media Le Premier ministre et ancien général putschiste Prayut Chan-ocha devant la presse, à Bangkok, le 6 juin 2019. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Le roi de Thaïlande a approuvé le 10 juillet dernier le nouveau gouvernement civil proposé par le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha, plus de trois mois après des élections controversées. Ses membres doivent prêter serment ce mardi 16 juillet.

    Avec notre correspondante à Bangkok, Carol Isoux

    Le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn, ou Rama X, est revenu d’Allemagne, où il séjourne à l’année, pour accorder une audience au nouveau gouvernement. Ses membres doivent prêter serment devant lui ce mardi 16 juillet.

    Plus de trois mois après des élections controversées, la composition de ce nouveau gouvernement fait néanmoins déjà polémique, notamment au poste de vice-ministre de l’Agriculture.

    Un ancien détenu au gouvernement

    Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a en effet placé un ancien détenu, un militaire qui a effectué huit mois de prison en Australie pour complicité dans une affaire de trafic d’héroïne, avant d’être expulsé du pays.

    L'homme, désormais au gouvernement, a également été inculpé plus tard en Thaïlande dans une affaire de meurtre avant d’être acquitté.

    Un consensus difficile à obtenir

    Le nouveau gouvernement a trois jours pour se mettre d’accord sur une déclaration de ligne politique dans laquelle le Premier ministre établira les priorités. Parmi les mesures-phares attendues, on trouve une révision constitutionnelle pour réduire les pouvoirs de l’armée et une libéralisation de la culture du cannabis.

    Le consensus promet d’être difficile à obtenir, d’autant que l’opposition est chauffée à blanc depuis le renvoi de leur leader, le jeune député Thanathorn Juangroongruangkit au motif qu’il possédait des parts dans une entreprise médiatique au moment de sa candidature. Cette irrégularité a aussi été repérée chez les députés de la majorité qui, eux, n’ont fait l’objet d’aucune procédure.

    ►À lire aussi : Thaïlande : la tension continue de monter après des législatives controversées

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.