GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un Sud-Coréen s’immole par le feu devant l’ambassade du Japon à Séoul

    media Des victimes du travail forcé pendant la période coloniale japonaise manifestent à Séoul, le 30 octobre 2018 (image d'illustration). REUTERS/Kim Hong-J

    Dans un contexte de tensions diplomatique et commerciale entre Séoul et Tokyo, un Sud-Coréen s’est immolé ce 19 juillet par le feu devant l’ambassade du Japon en Corée du Sud avant de mourir à l’hôpital. Un nombre croissant de Sud-Coréens se joignent actuellement à une vaste campagne de boycott des produits japonais pour protester contre les restrictions à l’exportation au Japon et les prises de position révisionnistes de Shinzo Abe liées à la violente colonisation de la Corée par le Japon.

    Avec notre correspondant à Séoul, Louis Palligiano

    Alors que le mouvement « Boycott Japon » qui encourage les Sud-Coréens à ne pas visiter l’archipel et à ne pas acheter de produits japonais prend de l’ampleur, un septuagénaire a trouvé la mort tôt dans la journée après avoir mis le feu à son véhicule à proximité de l’ambassade du Japon à Séoul.

    L’homme, identifié par son nom de famille, Kim, a incendié sa camionnette dans laquelle une vingtaine de petites bouteilles de gaz et 40 litres d’essence ont été retrouvés.

    Kim avait téléphoné à un proche peu avant le drame pour le prévenir de son acte, expliquant ressentir « une hostilité envers le Japon ». La famille du défunt a déclaré que son beau-père faisait partie des Coréens contraints au travail forcé quand la péninsule se trouvait sous le joug colonial japonais, entre 1910 et 1945.

    Au début du mois, Tokyo a durci les contrôles sur ses exportations vers la Corée du Sud de matériaux essentiels à la production d’écrans et de semi-conducteurs, deux secteurs technologiques clés pour le pays. Des restrictions appliquées suite à la décision de la Cour suprême sud-coréenne d’ordonner à certaines firmes japonaises comme Mitsubishi Heavy Industries et Nippon Steel d’indemniser les travailleurs forcés de l’époque coloniale.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.