GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: 8 personnes lynchées en une semaine à cause de rumeurs de sacrifices

    media Vue de Dacca, au Bangladesh (image d'illustration). Getty Images/Selim Azad

    Elles ont été victimes de la propagation d’une rumeur qui affirme que des ravisseurs d'enfants rôdent afin d’offrir des têtes humaines pour la réalisation d'un gigantesque pont, actuellement en cours de construction.

    Avec notre correspondant dans la région, Sébastien Farcis,

    Samedi 20 juillet, une mère de trois enfants se rend dans une école du nord de Dacca, pour y inscrire ses filles. En plein milieu de l’année scolaire bangladaise, les autres parents sont surpris. Et leurs doutes s’accroissent quand la femme – qui vient en fait de déménager après un divorce – peine à expliquer ses raisons.

    La foule amassée n’écoute déjà plus. Pour eux, cette femme est une des ravisseuses d’enfants dont ils ont entendu parler sur les réseaux sociaux. Des résidents et commerçants locaux la lynchent donc mortellement à coups de bâtons et barres de fer. La police arrivera trop tard pour la sauver.

    Une centaine d'arrestations

    En une semaine, huit personnes ont ainsi été tuées au Bangladesh par des foules enragées, convaincues que des kidnappeurs cherchent à enlever des enfants et offrir leurs têtes pour la construction d’un pont. Une rumeur sans fondement propagée, entre autres, sur Facebook.

    La police a arrêté une centaine de suspects impliqués dans sa diffusion et dans les meurtres. 60 pages Facebook et 25 chaînes YouTube ont été fermées et les autorités locales passent maintenant avec des haut-parleurs dans les rues du pays pour démentir cette rumeur criminelle.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.