GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nouveau cycle de discussions entre Américains et talibans afghans au Qatar

    media Les négociations de paix entre talibans et États-Unis, à Doha, au Qatar, le 26 février 2019 (image d'illustration). Qatari Foreign Ministry/Handout via REUTERS

    Ce nouveau round est le huitième depuis le début des discussions entre Américains et talibans. Les pourparlers qui ont commencé en automne l’année dernière se tiennent sans la présence du gouvernement afghan que les talibans jugent illégitime et qu’ils refusent toujours de rencontrer. Néanmoins, talibans et Américains affirment être proches d’un accord dont les principaux points sont le retrait des troupes étrangères d’Afghanistan contre la garantie que le pays ne devienne pas un refuge pour les groupes terroristes.

    Avec notre correspondante régionale à Islamabad, Sonia Ghezali

    Les talibans ont fait savoir qu’ils souhaitaient conclure un accord et les États-Unis sont prêts à signer un bon accord, a fait savoir l’émissaire américain dans un tweet à son arrive à Doha.

    Nous travaillons à un accord de paix et non pas à un accord de retrait, a-t-il précisé. Une précision qui n’est pas anodine, car certaines voix en Afghanistan accusent le président Donald Trump de vouloir retirer ses troupes le plus vite possible d’Afghanistan pour en faire un atout dans sa campagne présidentielle en vue du scrutin qui aura lieu en 2020.

    Ce huitième cycle de pourparlers entre les États-Unis et les talibans est un moment crucial, selon certains observateurs. Les parties n’ont jamais été aussi proches d’un accord. Plusieurs bémols toutefois.

    Le gouvernement afghan est toujours exclu de ces rencontres. Les États-Unis affirment cependant qu’aucun accord ne sera signé sans l’implication de l’État afghan.

    La société civile, et en première ligne les femmes afghanes, craignent d’être les perdantes d’un accord signé à la hâte pour satisfaire les ambitions électoralistes du président américain et cela à leurs dépens. Les talibans, présents dans les pourparlers au Qatar, affirment que les droits des femmes seront respectés en accord avec les valeurs de l’islam, sans donner plus de détails.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.