GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: le pouvoir économique des militaires inquiète l'ONU

    media Le général Min Aung Hlaing, chef de l'armée birmane. (image d'illustration) REUTERS/Ann Wang/File Photo

    L’ONU a appelé, ce lundi 5 août, à des sanctions contre les entreprises dirigées par les militaires birmans.

    Avec notre correspondante à Rangoon, Sarah Bakaloglou

    Dans un rapport publié ce lundi, les Nations unies décrivent la mainmise de l’armée sur l’économie en Birmanie, mais aussi ses liens avec des entreprises étrangères.

    Selon l’ONU, 59 sociétés étrangères ont des liens commerciaux avec deux conglomérats birmans. Des groupes aux mains des militaires du pays, à la structure opaque, souligne le rapport, et dont fait partie le chef de l’armée birmane en personne.

    Ces entreprises étrangères sont principalement asiatiques : de Corée, du Japon, de l'Inde, de la Chine. Mais on trouve aussi quelques sociétés européennes : la Française Oberthur, la Belge NewTec, et de manière indirecte le groupe LafargeHolcim.

    De l'argent employé contre les Rohingyas

    Pour les Nations unies, ces liens commerciaux participent aux capacités financières de l’armée et peuvent aussi contribuer aux violations des droits de l’homme.

    Le rapport de l’ONU révèle également comment des entreprises birmanes ont financé les opérations militaires en 2017 contre la minorité musulmane des Rohingyas, victime de « nettoyage ethnique », un financement direct à hauteur de 10 millions de dollars.

    Pour les Nations unies, il est donc essentiel qu’un embargo sur les armes soit mis en place. Ces dernières années, la Chine, Israël ou encore la Russie et l’Ukraine ont vendu du matériel militaire à la Birmanie.

    Ce rapport révèle de manière très précise l'implication d'entreprises européennes et asiatiques, autrement dit qu'il existe un lien qui est en violation des traités et des normes de l'ONU. Les entreprises et les responsables de ces entreprises pourront être poursuivi s'il s'avère qu'ils ont continué leur relations commerciales avec l'armée birmane tout en sachant que cette dernière était responsable de violations des droits de l'homme dans le passé et qu'elle pourrait en commettre d'autres à l'avenir.

    Marzuki Darusman

    chef de la mission d'enquête de l'ONU sur la Birmanie

    05/08/2019 - par Jelena Tomic Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.