GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Kazakhstan: le militant des droits de l'homme Serikjan Bilash a été libéré

    media L'activiste kazakh Serikjan Bilash le 21 janvier 2019 à Almaty. Ruslan PRYANIKOV / AFP

    Serikjan Bilash, le militant kazakh pour les droits des ethnies musulmanes et turcophones vivant dans le Xinjiang a été libéré vendredi 16 août à Almaty. Pour rejoindre sa famille qu’il n’a pas vue depuis 4 mois, il a dû signer un accord avec les autorités du pays.

    Avec notre correspondante à Almaty, Ayla Kurban

    Pour retrouver sa liberté, le militant le plus connu du Kazakhstan a dû promettre d’abandonner la cause des Kazakhs de Chine. Eux, comme les autres ethnies musulmanes du Xinjiang, subissent des répressions sévères qui vont jusqu’à l’internement dans des camps de rééducation.

    En mars dernier, Serikjan Bilash a été arrêté par la police kazakhe. Accusé d’incitation à la haine inter-ethnique, il a été peu après assigné à résidence à Noursoultan, la capitale du pays.

    ►À lire aussi - Kazakhstan: procès pour Serikjan Bilash, défenseur des Kazakhs dans le Xinjiang

    Après sa libération surprise vendredi, il s’est adressé aux nombreux soutiens qui attendaient en bas le verdict du tribunal. Il a confié que cette affaire politique avait été réglée grâce à l’intervention du président Tokaïev, car « aucun mal n’a été fait à personne, mise à part la République de Chine ».

    En plus de l’arrêt de son activité de militant, ce quadragénaire ne pourra pas quitter la région d’Almaty pendant trois mois et devra encore payer une amende de 280 dollars.

    Tout cela, pour autant, ne permet pas de connaître l’avenir de l’association Atajurt qu’il avait fondée et qui avait donné la voix aux nombreuses familles des détenus du Xinjiang.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.