GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Scandale 1MDB: l'ancien Premier ministre malaisien devant la justice

    media Le procès de l'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak débute ce lundi 19 août à Kuala Lumpur. REUTERS/Lim Huey Teng

    C’est un procès attendu qui s’ouvre ce lundi 19 août en Malaisie, celui de Najib Razak, un ancien Premier ministre accusé de corruption, au cœur de la vaste affaire 1MDB, d’après le nom du fonds souverain malaisien censé contribuer au développement économique de la Malaisie et qui a été pillé à hauteur de cinq milliards de dollars.

    C’est un scandale qui débute en 2015. L’argent d’un fond souverain malaisien censé servir le développement économique du pays est devenu une caisse ou se serve le pouvoir et l’élite des milieux d’affaire de Kuala Lumpur pour mener un grand train de vie.

    A lire aussi - Scandale 1MDB: la Malaisie accuse Goldman Sachs de l'avoir «trompé»

    Le Premier ministre Najib Razak, à l’origine de la création du fonds et toujours au pouvoir est alors accusé d’avoir détourné plus de d’un demi-milliard de dollars, mais nie toute implication. En 2018, il quitte le pouvoir et est interdit de sortie de territoire alors qu’il s’apprêtait à partir en Indonésie.

    Accusé de quatre chefs d'accusation corruption

    Il est accusé depuis de quatre chefs d'accusation de corruption et l’affaire 1MDB a pris une proportion mondiale. Les noms de 17 directeurs de la banque Goldman Sachs et les agissements de la Deutsche Bank sont également étudiées.

    Ironie de l’histoire, en plus de tableaux de Van Gogh et Monet et de dons à la fondation de Leonardo Di Caprio, l’argent détourné a notamment a servi à financer le film Le Loup de Wall Street, qui dresse la satire des élites financières.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.