GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: patriotisme sur les réseaux sociaux face aux manifestations à Hong Kong

    media De nombreux Chinois ont participé à des contre-manifestations face aux manifestations hongkongaises le 17 août 2019 notamment au Canada comme ici à Vancouver. Ils sont aussi nombreux à prendre un selfie devant le drapeau chinois. AFP Photos/Don MacKinnon

    Face à la dernière mobilisation massive des opposants hongkongais, les médias d’État en appellent aux « gardiens du drapeau ». La télévision centrale de Chine (CCTV) a lancé un concours de selfies sur fond des couleurs nationales.

    Manifestations et contre-manifestations, voilà des semaines que les pro-démocratie et pro-Pékin comptent leurs divisions en Chine. Après avoir longtemps censuré l’information en provenance de Hong Kong, les médias du continent ont multiplié les reportages ne retenant que les affrontements entre protestataires et forces de l’ordre et dénonçant une situation de « chaos » dans la région administrative spéciale.

    Mais que dire de ces images aériennes d’une foule pacifiste manifestant contre l’exécutif hongkongais et donc, indirectement, contre le gouvernement central ? Comme lors des grandes manifestations de juin dernier, la marée humaine a tout simplement disparu des écrans de chine continentale ce lundi.

    Bataille de chiffres

    Visiblement embarrassée, la presse officielle se livre à une bataille de chiffres. Sur son compte WeChat ce lundi 19 août, le Quotidien du Peuple qualifie ainsi les chiffres des organisateurs de la marche de dimanche de « mensonge ». L’organe officiel reprend en fait le comptage de la police de Hong Kong, selon laquelle 128 000 personnes seulement auraient participé à la manifestation géante de dimanche. Les médias d’État préférant également les images du rassemblement « contre la violence » des pro-Pékin samedi qui, selon le Global Times, aurait réuni plus de 470 000 participants au parc Tamar non loin du Parlement.

    Selfie devant le drapeau

    L’autre chiffre dégainé par la propagande chinoise, c’est celui des « 1,4 milliard de gardiens du drapeau rouge au cinq étoiles » comme l’indique le titre de la campagne lancée vendredi 16 août par CCTV sur la plateforme Sina Weibo. Un clic pour dire tout son amour à la patrie : celles et ceux qui postent leur photo devant les couleurs nationales auront peut-être la chance de passer à la télé, ou recevront une enveloppe rouge contenant 70 yuans (un peu moins de dix euros), cela pour rappeler l’anniversaire des 70 ans de la fondation du pays le 1er octobre prochain.

    Pour les auteurs de la meilleure photo, la récompense peut aller jusqu’à 700 yuans (90 euros). Depuis vendredi, la télévision centrale de Chine croule sous les selfies. Ce matin lundi, près de 11 millions de gardiens du drapeau étaient enregistrés sur le compte Sina Weibo de CCTV.

    Du rap contre les manifestants hongkongais

    Cet appel à défendre la patrie et le Parti communiste chinois, concerne tous les secteurs de la société notamment les artistes. Et pour contrer la créativité des jeunes manifestants hongkongais, les médias d’État sortent la grosse artillerie. Ce week-end, CCTV a ainsi diffusé une vidéo des « Soldats de la 7e compagnie ».

    Ce mystérieux groupe de rappeurs patriotes critique la violence de manifestants « masqués, armés de parapluies et sans avenir » sur fond d’images d’affrontements entre protestataires et forces de l’ordre. La « violence n’est pas une bonne réponse, dit le clip, vos parents s’inquiètent et vous attendent à la maison. » Et pour ceux qui préfèrent la langue de Shakespeare, un autre groupe dont on ne connaît pas non plus l’origine interpelle directement « la démocratie » qui serait « un luxe » et que certains auraient « trouvé à Hong Kong ».

    Les paroles en anglais dénonçant au passage les « mensonges » de protestataires répondants aux injonctions de leur chef, le président américain Donald Trump. Cette dénonciation de forces de l’étranger supposées manipuler les manifestants est associée à un appel à prendre position pour le pays et le parti. Tous les acteurs de la société sont sollicités : patrons d’entreprises, responsables politiques, monde de la mode et milieux artistiques.

    Le roi des arts martiaux, gardien numéro un du drapeau

    Parmi les premiers à répondre à l’appel du drapeau, Jackie Chan. « Hong Kong est mon pays natal et la Chine est mon pays », a affirmé la figure emblématique du cinéma hongkongais lors d’une interview accordée à la télévision centrale de Chine le 4 août dernier.

    « J’ai tenu immédiatement à participer à cette campagne de défense du drapeau chinois », poursuit celui qui est aussi membre de la Conférence consultative politique du peuple chinois à Pékin et qui, comme beaucoup en Chine continentale, se dit choqué par le geste d’un manifestant jetant l’étendard du pays dans la baie de Hong Kong au début du mois. Applaudie sur le continent, la vidéo repostée sur le compte Sina Weibo de l’acteur avait enregistré 5,83 milliards de vues lundi 19 août.

    Elle a en revanche suscité l’ire des réseaux sociaux à Hong Kong rapporte le South China Morning Post. Même chose pour la star de la nouvelle version de Mulan de Disney. En soutenant la police hongkongaise auprès des 65 millions d’abonnés à son compte Weibo, Liu Yifei a déclenché un appel au boycott contre le film. Le nationalisme se révélant une arme à double tranchant : très efficace pour mobiliser l’opinion chinoise sur le continent, mais négative à l’extérieur.

    Les contre-manifestations de la diaspora chinoise à l’étranger samedi ont déclenché une avalanche de commentaires. Les images de manifestants parfois vindicatifs ou au volant de voiture de sport arborant le drapeau national au Canada notamment ne va pas forcément dans le sens du soft power chinois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.