GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Feu vert des eurodéputés au commissaire hongrois, dernier candidat de l'équipe Von der Leyen à être approuvé (sources parlementaires)
    • La restitution par la Russie des navires à l'Ukraine «contribue à renforcer la confiance», selon l'Elysée
    • Hong Kong: des dizaines de protestataires s'enfuient du campus assiégé (journaliste AFP)
    • En Libye, au moins sept civils ont été tués dans un raid aérien lundi une usine en banlieue sud de Tripoli (ministère de la Santé)
    • Elections en Biélorussie: «un manque de respect» pour la démocratie (observateurs)
    • Sport-économie : l’entreprise américaine Airbnb devient l'un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu'en 2028
    • La Russie rend à l'Ukraine trois navires militaires ayant été capturés il y a un an (ministère)
    Asie-Pacifique

    Crise à Hong Kong: Twitter et Facebook face à la propagande chinoise

    media Facebook et Twitter ont pris des mesures contre la propagande chinoises à l'encontre des manifestations hongkongaises. NICOLAS ASFOURI, Lionel BONAVENTURE / AFP

    Les deux réseaux sociaux censurés en Chine continentale mettent en cause directement le gouvernement chinois pour une campagne de désinformation contre les manifestants hongkongais orchestrée via un millier de « faux comptes » Twitter et de « fausses pages » Facebook. Il ne s'agit pourtant là que de la partie immergée d’un vaste système de propagande.

    De notre correspondant à Pékin,

    En Chine, on les appelle encore les « wu mao dang », littéralement « le parti des 50 centimes de yuans », soit le prix payé autrefois pour poster un commentaire favorable au gouvernement ou pour relayer les messages de la propagande. Ces soldats du Net, travaillant pour la plupart sous pseudo, postent chaque année près de 500 millions de messages, affirmaient des chercheurs de l’université d’Harvard en 2016.

    VPN pour contourner la censure

    Pour diffuser ces mêmes messages à l’étranger, la propagande chinoise a besoin de passer par des réseaux sociaux censurés en Chine continentale. « J’estime à plusieurs centaines de milliers le nombre des "wu mao dang" en Chine, confie Gao Yu. Pour aller sur Twitter et Facebook, ils utilisent des VPN » - des tunnels numériques permettant de contourner la « grande muraille » informatique - précise la journaliste qui dit faire régulièrement l’objet d’attaques des trolls chinois.

    Lire aussi : Tiananmen, la grande amnésie sur l'internet chinois

    « Sur Twitter, on trouve deux sortes de "wu mao dang", poursuit-elle. Une partie est chargée d’attaquer les opposants, parfois en ayant recours à un vocabulaire grossier. L’autre groupe, ce sont des gens qui ont reçu une formation. Parmi eux, on trouve de nombreux policiers de l’internet. Ils propagent des "fake news", ou des messages défendant la Chine et le parti. La propagande chinoise est aujourd’hui aussi puissante que pendant la révolution cultuelle. »

    Les réseaux, champs de bataille de l’opinion

    Une formation renforcée pour les gardiens du Net car dans un discours rendu public en 2013, le président chinois Xi Jinping affirmait que l’Internet était devenu « le principal champ de bataille du débat d’opinion ». Pour alimenter les 936 comptes fermés par Twitter ou les 7 pages supprimées par Facebook, il est nécessaire de pouvoir s’exprimer en anglais sur des réseaux étrangers.

    Mais le régime chinois n’est plus à un paradoxe près. Malgré le fait que Twitter et Facebook soient censurés en Chine continentale, depuis une dizaine d’années la plupart des grands médias chinois y ont ouvert des comptes officiels pour pouvoir diffuser leurs contenus hors des frontières. L’agence Chine nouvelle (Xinhua) ou la Télévision centrale de Chine n’hésitant pas à « sponsoriser » certains de leurs tweets de manière à s’attirer d’avantage d’audience. 

    IP débloquées 

    Le recours à des « faux comptes » serait lui plus récent. Dans son communiqué, la direction de Twitter affirme avoir identifié « de larges ensembles de comptes agissant de façon coordonnée, de manière à amplifier leurs messages sur les manifestations de Hong Kong ».

    La compagnie californienne souligne également qu’elle dispose « de preuves fiables » permettant d’affirmer « qu’il s’agit d’une opération appuyée par l’État chinois ». Bon nombre d'administrateurs de ces comptes ont pu accéder à Twitter et Facebook depuis la Chine via des VPN dont l’usage est interdit aux Chinois. Mais d’autres comptes, toujours selon Twitter, disposaient eux d’adresses IP débloquées en République populaire de Chine, un passe-droit qui ne peut venir que des autorités.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.