GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Crise à Hong Kong: l'opposition rejette l'appel au dialogue de Carrie Lam

    media L'opposition hongkongaise refuse tout dialogue avec Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif, tant qu'elle n'aura pas retiré son projet de loi d'extradition vers la Chine continentale des ressortissants hongkongais. REUTERS/Willy Kurniawan

    Pour le Front civil pour les droits de l’homme, qui réclame notamment le retrait complet d’un projet de loi controversé sur les extraditions vers la Chine continentale, la cheffe de l'exécutif n’a fait aucune geste concret pour restaurer la confiance.

    Avec notre envoyée spéciale à Hong Kong, Aabla Jounaïdi 

    C’est non. Le Front civil pour les droits de l’homme qui a réuni dans la rue, à plusieurs reprises, un million de personnes contre la politique du gouvernement, ne répondra pas à l’appel de Carrie Lam, car elle ne répond pas elle-même à l’une des premières revendications : le retrait du projet de loi controversé sur les extraditions.

    « Ça ne lui prendrait qu’une minute pour le faire, et elle ferait plaisir à un million de personnes, assure Bonnie Leung, la vice-présidente du Front civil pour les droits de l’homme. Je ne dis pas que ça suffira à éteindre toute contestation, parce que ce million a en fait cinq revendications. Mais ce serait un début. La négociation commencera quand nous verrons ce geste, un début de cette sincérité qu’elle ne cesse d’évoquer. »

    Un appel à une nouvelle mobilisation

    Pour le Front, il n'y a aujourd'hui que des paroles qui ne pèsent pas lourd. En 2014 déjà, celle qui était la numéro deux du gouvernement avait participé à la manoeuvre politique de l'exécutif visant à éteindre le précédent grand mouvement de contestation.

    « Ils avaient appelé des politiciens pro-Pékin à participer et à prendre la parole. Les responsable venaient, écoutaient, parlaient de leur grands projets et s’en allaient, sans prendre en compte la voix et l’avis des gens. Ce genre de consultations, c’est pour le spectacle », lance Bonnie Leung.

    Faute de dialogue, le Front civil pour les droits de l’homme rappelle donc à la mobilisation dans la rue. Prochain grand rendez-vous le 31 août prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.