GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: Pékin en colère après la vente de chasseurs américains à Taïwan

    media La Chine a condamné la vente par Washington de 66 chasseurs F-16 (photo) à Taïwan. Pékin menace de sanctions les entreprises américaines impliquées dans cette transaction. SAM YEH / AFP

    Pékin a condamné sans surprise, mercredi 21 août, la vente par Washington de 66 chasseurs F-16V à Taïwan. Cette décision constitue « une ingérence grave dans nos affaires internes », a fait savoir le porte-parole de la diplomatie chinoise. La Chine menace de sanctions les entreprises américaines impliquées dans cette vente.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Pékin ne donne pas de détails concernant les sanctions qui pourraient viser les entreprises américaines mais, pour les autorités chinoises, ces représailles disposent d’une base légale. La Chine avec son président Xi Jinping et les États-Unis de Donald Trump ne lisent pas de la même manière le « Taiwan Relations Act », le traité de 1979 qui place Taipei sous la protection du parapluie américain.

    Tsai Ing-wen, la présidente de Taïwan, remercie les États-Unis

    Pour la Maison Blanche, Taïwan a le droit de s’auto-défendre. Les 66 chasseurs F-16V Block 70/72Viper ainsi que les 75 réacteurs, radars et pièces de rechange pour un montant de 8 milliards de dollars sont « conformes aux arrangements et à la relation historique entre les États-Unis et la Chine .» 

    Pour le régime communiste, au contraire, dans ce cas-là il s’agit d’une ingérence dans les affaires intérieures du pays qui « mine notre souveraineté et nos intérêts en matière de sécurité », a martelé Geng Shuang, l’un des porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères lors de son point de presse régulier ce mercredi.

    Pékin avait dégainé la menace de sanctions, en juillet dernier déjà, suite à la vente à l’armée taïwanaise de 108 chars M1A2T Abrams américains, 250 missiles Stinger et 16 transporteurs M1070A1 pour 2,2 milliards de dollars. Là aussi, la menace était restée vague. Les médias d’État avaient alors laissé entendre que les super riches Chinois pourraient, par exemple, cesser l’achat de jets privés à l’une des firmes impliquées dans ces exportations.

    Depuis son arrivée au pouvoir, le président chinois Xi Jinping a manifesté à plusieurs reprises le souhait de voir réunifier au plus vite et si nécessaire par la force l’île de Taïwan au continent. « Les divisions politiques entre la Chine et Taïwan ne peuvent pas être transmises de génération en génération », avait annoncé alors Xi Jinping. 

    La présidente de Taïwan a, de son côté, remercié ce mardi les États-Unis d’avoir approuvé la vente. « Ces offres réaffirment l’engagement de longue date des États-Unis de contribuer au maintien de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan », a affirmé la présidente Tsai Ing-wen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.