GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cachemire: une délégation de l'opposition indienne refoulée de Srinagar

    media Rahul Gandhi, président du parti du Congrès, entouré de sa mère Sonia Gandhi et de l'ancien Premier ministre Manmohan Singh, à New Delhi, le 25 mai 2019 (photo d'illustration). REUTERS/Altaf Hussain

    En Inde, cela fait trois semaines que la population du Cachemire vit sous un couvre-feu inédit. Presque toutes les communications sont coupées et les déplacements très restreints. Des mesures prises, selon le gouvernement pour éviter toute flambée de violence après l’abrogation unilatérale de l’autonomie de cette région rebelle. Dans ce contexte, un groupe d’élus et de représentants de l’opposition a voulu se rendre sur place pour observer la situation.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    Les autorités n’ont pas laissé entrer la délégation d’élus et ils les ont renvoyés à peine arrivés à l’aéroport de Srinagar, au Cachemire. La délégation était composée de neuf élus et dirigeants des principaux partis d’opposition : le parti communiste, plusieurs partis régionaux et le parti national du Congrès, mené dans cet avion par son président sortant, le député Rahul Gandhi.

    Rendre compte de la situation sur le terrain

    Les autorités du Cachemire avait prévenu qu’ils ne seraient pas autorisés à sortir de l’aéroport de Srinagar, à cause des sévères restrictions imposées depuis trois semaines au Cachemire. Celles-ci interdisent tout rassemblement public ou toute activité qui puisse perturber l’ordre public.

    Ces politiciens affirmaient toutefois qu’ils voulaient simplement se rendre compte de la situation sur le terrain, alors que le Cachemire vit sous un couvre-feu inédit depuis trois semaines. Et que les dirigeants locaux de leurs partis sont emprisonnés. Cela n’a pas convaincu le gouvernement, qui maintient donc sa chape de plomb sur le Cachemire. Et laisse sa population quasiment coupée du monde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.