GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    En Chine, le prix du porc augmente, le consommateur proteste

    media Un élevage de porcs à Guangan, dans le Sichuan, le 27 août 2019. REUTERS/Stringer ATTENTION EDITORS

    C’est l’année du cochon du côté de la Chine, mais cela pourrait tout aussi bien devenir celle de la contestation, compte tenu de l’inflation du prix de la viande de porc. Avec la fièvre porcine africaine et la guerre commerciale sino-américaine, les prix s’envolent : plus de 40% en un an. Ce qui provoque la grogne devant les étals et sur les réseaux sociaux.

    Avec notre correspondant à Pékin,  Stéphane Lagarde

    Ici, ce sont des consommateurs qui, littéralement, s’arrachent à pleines mains la viande de porc à même l’étal du supermarché ; là, c’est une employée qui demande une augmentation. Pour quelle raison ?, lui demande son patron. Parce que j’aime manger du cochon, explique la salariée, et que le prix du kilogramme a augmenté. Version démission, cela donne : « Maman, j’ai quitté mon entreprise pour me lancer dans l’élevage de porcs à la maison. »

    Ces vidéos parfois parodiques inondent les réseaux sociaux chinois, comme Tik Tok ou WeChat (voir ici ou). Derrière l’humour se cache la colère, face à l’envolée des prix de la viande, mais aussi des raviolis, des beignets vapeurs ou du porc au caramel ; 88 yuans le kilo à Pékin, notent Les Nouvelles de Pékin. Le cochon a bon dos : les légumes sont également concernés par l’inflation, se plaignent les internautes.

    Et quand l’industrie du porc pleure, le secteur de la volaille sourit. Mais pas forcément dans le sens du consommateur. Les élevages de porc ont été décimés par le virus de la fièvre porcine, et la guerre commerciale avec les États-Unis a entraîné une hausse des taxes (+62%) sur les importations américaines. Résultat : la demande pour le poulet augmente. Idem pour le canard tant apprécié des gourmets pékinois, laqué ou non. Le prix du palmidé pourrait donc grimper à son tour.

    ► À lire aussi : Le cochon à l'honneur cette année en Chine pour le Nouvel An lunaire

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.