GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Shenzhen et Hong Kong, «un pays, deux villes»

    media  
    La frontière hongkongaise depuis Shenzhen, les deux villes ne sont qu'à quelques dizaines de minutes par le train ou la voie rapide. Stéphane Lagarde/RFI

    En face de la région administrative spéciale, la ville de Shenzhen se rêve en nouvelle Hong Kong. Devenu en quatre décennies la vitrine du capitalisme rouge, cet ancien village de pêcheur pourra-t-il un jour remplacer l’un des premiers centres mondiaux de la finance ?

    « Dépêchez-vous chers voyageurs, le train va repartir… Au revoir » Les portes du « Gautie » se referment, le train à grande vitesse G79 qui a déjà roulé plus de 8h depuis la capitale chinoise, continue sa route vers sa destination finale : Hong Kong. La gare du nord de Shenzhen est l’avant-dernière station avant la région économique spéciale.

    Devant les valises à roulettes, de jeunes cadres, des jeunes ingénieurs sont attirés par les start-up et les laboratoires de recherches des grandes entreprises chinoises. Tencent, Alibaba, Huawei (la téléphonie, le e-commerce) se sont installées ici après la crise de 2008, quand la ville modèle du libéralisme aux caractéristiques chinoises s’est tournée vers la high-tech jusqu’à faire de l’ombre à Hong Kong.

    « Je ne pense pas que l’objectif soit de remplacer Hong Kong par Shenzhen, analyse Jian Wang, professeur d’économie à l’université Hong Kong-Shenzhen. Les deux villes vont continuer à coexister dans le futur. L’objectif principal c’est de promouvoir d’autres voies de croissance pour Shenzhen. L’économie de Shenzhen a longtemps été tournée sur les exportations du secteur manufacturier. Aujourd’hui, c’est devenu un centre d’innovation et une place financière. Mais à long terme encore une fois, Shenzhen ne devrait pas complètement remplacer Hong Kong, qui dispose de ses propres avantages ».

    Jian Wang, professeur d’économie à l’université Hong Kong-Shenzhen. Stéphane Lagarde/RFI

    Attirer les jeunes talents

    En 2018, Shenzhen a dépassé la région administrative spéciale voisine de quelques points de PIB. Mais l’économie ne fait pas tout, il faut aussi attirer les talents. Pour cela, l’université de Hong Kong a depuis trois ans une petite sœur, l’université de Hongkong-Shenzhen, un campus flambant neuf où tous les cours sauf le sport sont donnés en anglais à 5 000 élèves venus du continent, mais aussi du Japon, de Corée du Sud explique Johanna Yang, la chargée de communication de l’institution, qui précise qu’il y a aussi « des Américains, des étudiants du Canada, du Mexique et des Philippines ».

    Quant aux Hongkongais, « nous avons des échanges réguliers, il y a actuellement des étudiants de Hong Kong qui suivent des cours d’été ici et tous nos étudiants suivent des formations l’été, des cours sur le campus de Hong Kong », poursuit Johanna Yang. Et pour ce qui est d’une rentrée perturbée à Hong Kong en raison des manifestations, « ce ne sont là que des rumeurs », rétorque la jeune femme, pour qui l’aventure « c’est la stabilité » comme le ressassent CCTV et l’ensemble des médias d’État.

    Le campus de l'université Hong Kong-Shenzhen. Stéphane Lagarde/RFI

    Un message entendu par ce commerçant spécialisé dans l’import-export entre Hong Kong et le continent. Les jeunes protestataires masqués et armés de parapluie perdent leurs temps, dit-il. « Ils veulent la démocratie, mais moi je pense que jusque-là c’est OK. Je suis aussi Hongkongais. Je travaille ici, le gouvernement chinois est attaché à la stabilité. »

    Le projet de la grande baie

    Des rues éclairées aux néons et sur la façade d’un immeuble décati, les grands caractères : « village de pêcheurs. » C'est au port de Futian, au sud de Shenzhen, que tout a commencé il y a quarante ans. Aujourd’hui on y scotche des milliers de cartons qui partent dans toute la Chine, mais plus à Hong Kong affirment ces livreurs pressés de remplir leurs camionnettes.

    « Nous transportons ces cartons un peu partout en Chine, enfin sauf à Hong Kong en ce moment. On a reçu l’ordre de ne rien envoyer dans la région administrative spéciale. Ça vient du siège, et ça fait déjà une semaine. C’est probablement lié à la situation là-bas. On ne sait pas pourquoi, c’est une décision des patrons. »

    La station de Luohu à Shenzhen permet d'accéder au métro et rejoindre le centre de Hong Kong en un peu plus de 30 minutes. Stéphane Lagarde/RFI

    Face à l’entêtement de manifestants hongkongais hostiles à une intégration économique qui, selon eux, dissimulent une intégration politique, et donc la fin du modèle « un pays deux systèmes », les autorités chinoises ont, elles, décidé de freiner la région administrative rebelle…

    Officiellement, le plan de la grande baie - « greater bay area » - lancé l’année dernière vise pourtant à booster une région Hong Kong, Macao, Shenzhen et Canton, qui compte plus d’habitants que la France. Mais pour devenir un pôle d’innovation, l’ouverture économique de Deng Xiaoping ne suffit plus.

    Censure plus souple

    « La Chine continue de bénéficier des avancées liées à la politique d’ouverture initiée dans les années 1980, précise le professeur Jian Wang. Mais il reste des différences. Et les Chinois aspireront à de nouvelles évolutions dans le futur. Shenzhen est une ville pilote pour le gouvernement chinois. C’est ici que sont testées les réformes. Au départ, l’accent a été mis sur l’aspect économique, comme la réforme du marché financier. Mais si nous voulons devenir un pôle d’innovation, il faudra d’autres changements… Ouvrir l’internet chinois à Facebook et Twitter par exemple. De nombreuses innovations viennent de l’Occident. Comment continuer à innover, si vous ne pouvez pas parler à vos amis ? »

    Ouvrir l’internet chinois aux réseaux sociaux occidentaux, dans une ville qui bénéficie déjà d’une certaine tolérance de la part de la censure. Dans les restaurants de Shenzhen, les écrans renvoient des images des manifestations hongkongaises invisibles à Pékin. Si proche, si loin… Si les gratte-ciels de Shenzhen ont aujourd’hui la tête dans les nuages, ceux de Hong Kong, juste en face, ont plus que jamais les pieds dans les gaz lacrymogènes.

    Les grattes-ciel de Shenzhen la tête dans les nuages depuis la frontière de la région administrative spéciale. Stéphane Lagarde/RFI
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.