GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: les rebelles du Front Moro commencent à déposer les armes

    media Le président philippin Rodrigo Duterte aux côté du leader du Milf, Murad Ebrahim lors d'une cérémonie permettant aux rebelles de rendre leurs armes le 7 septembre 2019. FERDINANDH CABRERA / AFP

    Le Front Moro islamique de libération (MILF) avait pris les armes dans les années 1970 pour réclamer l'autonomie voire l'indépendance du sud de l'archipel que les musulmans des Philippines considèrent comme leur terre ancestrale.

    L'accord de paix date de 2014, mais jusqu'à présent les rebelles n'avaient pas encore déposé leurs armes. C'est la création en février dernier de Bangsamoro, une nouvelle région autonome pour la minorité musulmane, qui a convaincu le principal front armé rebelle du pays de tourner la page d’une insurrection de 40 ans qui a fait 150 000 morts. 

    En tout, 40 000 combattants doivent rendre leurs armes dans les années qui viennent à des observateurs étrangers indépendants, ce qui doit permettre au Front Moro islamique de libération de devenir un parti politique légal.

    D'autres organisations islamistes restent actives

    Déjà en février dernier, le président Rodrigo Duterte avait intronisé Murad Ebrahim, le dirigeant de l'ex-front rebelle, comme chef du gouvernement local, au cours d'une cérémonie solennelle à Manille la capitale des Philippines.

    Mais le processus de paix est loin d'inclure toutes les organisations islamistes. Celles qui ont prêté allégeance au groupe État islamique restent encore très actives dans le sud des Philippines.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.