GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: 600 000 Rohingyas sous la menace permanente d'un génocide

    media Femme rohingya au Bangladesh. Image d'illustration. REUTERS/Danish Siddiqui

    Les quelque 600 000 Rohingyas restant en Birmanie vivent sous la menace d’un « génocide ». C'est ce que dit une commission d'enquête des Nations unies. Le pays ne fait rien pour prévenir de nouvelles atrocités contre la minorité musulmane, persécutée par l'armée. La situation, déjà déplorable, se serait même encore dégradée. 

    De notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

    Ce n'est pas la première fois que le terme de génocide est employé par l'ONU à propos de la Birmanie. Cette fois, les Nations unies détaillent un peu plus les violations des droits de l'homme à l'encontre des Rohingyas. À cause des restrictions imposées par l'armée, les civils ne peuvent pas se déplacer librement ni obtenir d'aide humanitaire. Beaucoup n'arrivent plus à se nourrir. La torture de personnes soupçonnées d'aider les rebelles se généralise et les viols commis par les forces armées sont fréquents.

    Impossible, dans ces conditions, pour les quelque 700 000 réfugiés qui ont gagné le Bangladesh de rentrer en Birmanie. Les Nations unies ont établi une liste d'une centaine de personnes qui pourraient être impliquées dans des crimes de génocide et contre l'humanité. Elle a été transmise au nouveau mécanisme indépendant de l'ONU sur la Birmanie. C'est lui qui doit préparer le terrain judiciaire pour un éventuel procès des auteurs de crimes contre les Rohingyas, peut être devant la Cour internationale de justice.

    Sauf que la Birmanie ne veut pas en entendre parler. Le pays rejette systématiquement les conclusions des enquêteurs de l'ONU. Et il a déjà rejeté toute compétence à la Cour pénale internationale qui s'est saisie du cas birman.

    ►A lire aussi : [Enquête RFI] Birmanie: des enfants rohingyas détenus pour avoir voulu fuir la misère

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.