GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Peste porcine: la Corée du Sud abat des milliers de bêtes

    media Des hommes rabattent les porcs vers les attaboirs. En Corée du Sud, 10—000 porcs ont déjà été abattus. YELIM LEE / AFP

    La Corée du Sud a ordonné des abattages en série de milliers de porcs d’élevage, depuis qu’un premier cas de peste porcine africaine a été déclaré, mardi 17 septembre, dans une ferme située à proximité de la frontière avec la Corée du Nord. Ce mercredi, un deuxième cas a été confirmé.

    De notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Les autorités sanitaires du pays sont en état d’alerte : la maladie, qui ne peut pas être transmise à l’homme, est fatale et hautement contagieuse. Les élevages nord-coréens comptent 11 millions de porcs.

    Près de 10 000 bêtes ont donc déjà été abattus autour de deux fermes touchées par la maladie, pour contenir l’épidémie. Des mesures drastiques de quarantaine et de désinfection ont aussi été décrétées. Selon l’agence de presse Yonhap, le prix au détail de la viande de porc a bondi de 30% en un jour.

    La première ferme infectée se situe à 10 km seulement de la frontière avec la Corée du Nord, qui elle-même a rapporté son premier cas de peste porcine fin mai.

    La peste transmise par des sangliers ?

    Selon la presse locale, le virus aurait pu être transmis par des sangliers sauvages qui traversent la ligne de démarcation. Le gouvernement sud-coréen a cependant répondu qu’il était difficile pour ces animaux de franchir cette frontière lourdement militarisée et couverte de champs de mines et de barbelés. 

    Séoul essaie depuis des mois de convaincre Pyongyang de coopérer et de mener des efforts conjoints pour contenir l’infection. Sans succès : le régime fait la sourde oreille et alors que les pourparlers de dénucléarisation sont dans l’impasse, il refuse tout dialogue avec son voisin sud-coréen. 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.