GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Novembre
Lundi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Colombie: la mairie de Bogota décrète le couvre-feu dans toute la ville après des violences et des pillages
    Amériques

    Les États-Unis retirent 160 millions de dollars d'aide directe à l’Afghanistan

    media Mike Pompeo dénonce «l'incapacité du gouvernement afghan à utiliser de manière transparente l'argent public américain». REUTERS/Yuri Gripas

    Washington se justifie en mettant en cause le laxisme et l'inefficacité du gouvernement afghan dans la lutte contre la corruption. À Kaboul, à près d’une semaine de l’élection présidentielle, cette décision est perçue comme un camouflet pour le président candidat à sa propre succession.

    Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

    Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine a dénoncé jeudi « l'incapacité du gouvernement afghan à utiliser de manière transparente l'argent public américain ». Il met directement en cause des actes de mauvaise gestion de la part du gouvernement afghan en matière financière et de corruption.

    À lire aussi Afghanistan: les négociations entre Américains et talibans au point mort

    Le gouvernement afghan ne recevra pas près de 100 millions de dollars destinés à financer un projet d’infrastructure énergétique, ainsi que 60 autres millions d’aides directes. La somme est dérisoire compare au plus de 1 000 milliards de dollars dépensés par les États-Unis en Afghanistan depuis son intervention en 2001.

    Mesure de rétorsion

    La décision de Washington est symbolique, mais le message envoyé au gouvernement afghan soulève de nombreuses questions sur les sous-entendus d’une telle action et de tels propos à huit jours du scrutin présidentiel. L’Afghanistan est parmi les pays les plus corrompus au monde, il figure à la 172e place sur 180 du classement de l’organisation Transparency international.

    Pourquoi les États-Unis choisissent-ils de pointer maintenant publiquement l’incapacité du gouvernement afghan à lutter contre la corruption ? Selon certains observateurs, il s’agit d’une mesure de rétorsion des autorités américaines contre le président afghan Ashraf Ghani. Celui-ci a été parmi les plus fervents critiques de l’accord de principe entre les talibans et les Américains. Un accord annulé par Donald Trump. Celui-ci avait fait du retrait des troupes américaines d’Afghanistan un élément clef de sa campagne présidentielle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.