GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: une militante des droits humains se réfugie aux États-Unis

    media Gulalai Ismail lors d'une interview à l'AFP, le 19 septembre 2019 à Washington D.C. Olivier Douliery / AFP

    Gulalai Ismail est aux États-Unis, c’est le « New York Times » qui a révélé l’information le premier. L’activiste pakistanaise était recherchée dans tout le pays pour trahison. Gulalai Ismail affirme que c’est en fait son combat pour dénoncer les abus commis par l’armée pakistanaise qui lui a valu cette chasse à l’homme, et qui l’a amenée à fuir son pays.

    Gulalai Ismail dénonce depuis des années les violations des droits humains commises au Pakistan, particulièrement à l’encontre des femmes et des jeunes filles. Elle n’était encore qu’une adolescente lorsqu’elle a cofondé en 2002 une ONG prônant l’égalité des genres dans la très conservative région du Khyber Pakhtunkhwa. Depuis, la jeune femme a accumulé les prix, le plus prestigieux étant en 2017 le prix Anna-Politkovskaya pour la défense des droits humains.

    Mais Gulalai Ismail a véritablement attiré l’attention dans son pays lorsqu’elle a soutenu le mouvement de protection des Pachtounes, dénonçant un harcèlement sexuel de l’armée envers les femmes. Elle a depuis été arrêtée à deux reprises, en octobre et février dernier, avant d’être inculpée de provocation envers l’État alors qu’elle manifestait après le viol d’une fillette de dix ans.

    Elle décide alors de se cacher, le gouvernement lui interdit de quitter le pays. Une opération policière de grande ampleur est lancée pour la retrouver. Elle finit par rejoindre, via le Sri Lanka, les États-Unis, où elle vit désormais avec sa sœur. La jeune femme de 32 ans a demandé l’asile politique. Elle a indiqué au New York Times être inquiète pour ses parents, qui vivent toujours au Pakistan, sous haute surveillance, et qui sont accusés, explique-t-elle, de financement du terrorisme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.