GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Junius Ho, député le plus détesté des manifestants hongkongais

    media Le portrait de Junius Ho a été imprimé sur des posters collés au sol dans des lieux publics... afin que les passants le piétinent. REUTERS/Tyrone Siu

    Junius Ho avait appelé 30 000 volontaires à nettoyer les rues de la ville des post-its qui y ont fleuri depuis le début du mouvement de contestation. Il a finalement dû se raviser.

    Avec notre correspondante à Taïwan, Florence de Changy

    La guerre des post-its n’a pas eu lieu. À Hong Kong, qui est dans son 16e week-end depuis le début du mouvement d’opposition au projet de loi d’extradition aujourd’hui abandonné, on s’attendait à nouveau à des heurts. Junius Ho, le député le plus détesté des manifestants de Hong Kong, avait en effet soi-disant appelé 30 000 volontaires à se mobiliser samedi pour nettoyer tous les « murs de post-it » ou « murs Lennon » - comme on les surnomme.

    Depuis des mois les Hongkongais accrochent sur les murs de nombreux lieux publics et notamment dans les couloirs du métro ou sur des passerelles, des milliers de messages liés au mouvement politique. Et ils y tiennent beaucoup, au nom de leur droit à la liberté d’expression.

    Mais, est-ce faute de volontaires, comme ont ironisé les manifestants sur les réseaux sociaux. Toujours est-il que Junius Ho s’est ravisé. Samedi matin, il avait plus modestement empoigné un balai pour nettoyer les rues de son quartier, Tuen Mun, dans les nouveaux territoires.

    Son visage sur des posters à piétiner

    Entre deux, les manifestants ont préparé des milliers de posters avec son visage qu’ils ont collé au sol dans nombre de couloirs pour permettre aux gens de le piétiner. Car c’est lui qui avait été vu en train de taper dans le dos et de serrer la main de membres des triades, juste après l’attaque violente du 21 juillet dans le métro de Yuen Long.

    Il est tellement impopulaire que le Jockey Club, qui gère le tiercé de Hong Kong a également annulé les courses de mercredi, car un cheval appartenant à Junius Ho allait participer, créant un risque que les courses soient troublées par des manifestants.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.