GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: au moins 20 morts dans de nouvelles émeutes en Papouasie

    media Un bâtiment en feu à Wamena, le 23 septembre 2019. Vina Rumbewas / AFP

    De nouvelles émeutes ont éclaté lundi, causant la mort d’au moins 20 personnes dans cette province de l'est de l'Indonésie agitée par des violences depuis plus d'un mois.

    L'histoire se répète. Les troubles ont éclaté dans un lycée de Wamena. C'est la principale ville du centre de la Papouasie. L'étincelle est partie d'une enseignante qui aurait traité de « singes » plusieurs lycéens papous la semaine dernière.

    On ne sait pas si elle a vraiment prononcé ce terme. Mais une manifestation s'en est suivie ce lundi, avec des dégradations, des bâtiments incendiés. Et une réponse musclée de la police, avec tirs de gaz lacrymogènes. Au moins 20 personnes sont mortes, la plupart piégées par les flammes dans des bâtiments en feu. Un bilan qui pourraient encore s'alourdir. Et un soldat est mort des suites d’une blessure à l’arme blanche près de la ville de Jayapura, selon l’armée indonésienne. 

    ►À lire aussi : Papouasie occidentale, les raisons de la colère

    Victimes de discriminations

    Pourquoi la situation a-t-elle dégénéré si vite ? Parce que les Papous ont le sentiment d'être discriminés et considérés comme des citoyens de seconde zone depuis l'annexion de leur région par l'Indonésie dans les années 1960. D'une part, le gouvernement central exploite les ressources naturelles de la Papouasie, mais ce ne sont pas les Papous qui en récoltent les fruits. D'autre part, ils sont quotidiennement victimes de racisme parce qu'ils ont la peau plus foncée que le reste des Indonésiens, parce qu'ils sont d'origine mélanésienne et non malaise et parce qu'ils veulent l'indépendance et qu'on la leur refuse.

    Le président indonésien Joko Widodo avait fait campagne en promettant d'accompagner la Papouasie, de mieux l'intégrer au reste du pays. Jusqu'ici, les Papous attendent toujours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.