GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
    • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
    • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
    • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants
    Asie-Pacifique

    Crise au Cachemire: à l'ONU, le Pakistan met en garde et l'Inde évite le sujet

    media Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a prévenu qu'il y avait un risque de guerre en raison de la crise au cachemire, le 27 septembre à la tribune de l'ONU. REUTERS/Lucas Jackson

    Le Cachemire était un des sujets au cœur de l’Assemblée générale des Nations Unies ce vendredi 27 septembre. Le Premier ministre pakistanais a accusé à la tribune l’Inde de préparer un bain de sang au Cachemire, tandis que son homologue indien a éludé le sujet.

    Avec notre envoyée spéciale à New York, Murielle Paradon

    Cinquante minutes de discours dont une grande partie consacrée aux souffrances des habitants du Cachemire. Imran Khan, le Premier ministre pakistanais condamne avec virulence le couvre-feu imposé par l’Inde, les violences et les milliers d’arrestations de ces dernières semaines. Il en appelle à l’ONU sinon, dit-il, cela risque d’être de la guerre.

    « Nous nous battrons et quand une puissance nucléaire se bat jusqu’au bout, cela aura des conséquences au-delà des frontières, pour le monde entier. C’est pourquoi je suis ici, et ce n’est pas une menace c’est une mise en garde. Je suis venir ici dire aux Nations unies que c’est un test, vous garantissez le droit à l’autodétermination du peuple du Cachemire ! Ils souffrent à cause de cela. »

    Intervenu une heure avant à la tribune de l’ONU, le Premier ministre indien Narendra Modi axe tout son discours sur le développement de son pays, un exemple pour le monde, se vante-il. Pas un mot sur les violences au Cachemire et il termine par cette formule en forme de pied-de-nez « le message de la plus grande démocratie au monde reste inchangé : paix et harmonie ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.