GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La mort d’un Nigérian au Japon alerte sur le sort réservé aux migrants

    media Vue de la ville d'Omura sur l'île de Kyushu au Japon. Wikimedia Commons CC BY 3.0 kajikawa

    Un Nigérian est décédé en juin 2019 dans un centre d’immigration au sud du Japon alors qu’il menait une grève de la faim. L’immigration japonaise ne l’a annoncé que quatre mois plus tard. Les défenseurs des droits de l’homme déplorent les conditions de détention dans les centres d'immigration.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Ce migrant nigérian âgé d’une quarantaine d’années observait une grève de la faim depuis au moins trois semaines pour protester contre sa détention depuis plus de trois ans. Il pourrait ne pas être le dernier à mourir ainsi. Près de 200 autres étrangers en situation irrégulière ont rejoint une grève de la faim collective dans plusieurs centres d’immigration japonais. 36 d’entre eux sont toujours en grève de la faim.

    Depuis la mort du Nigérian dans le centre d’immigration d’Omura sur l’île de Kyushu, le ministère de la Justice reconnaît que les services d’immigration relâchent des détenus grévistes de la faim pour les arrêter à nouveau deux semaines plus tard.

    Une liberté provisoire

    Des défenseurs des droits de l’homme au Japon voient dans cette pratique une tentative inhumaine de montrer aux autres détenus que leurs protestations ne mèneront pas à leur libération définitive.

    ►À lire aussi : Japon : deux nouveaux visas pour les travailleurs immigrés

    Le Japon accepte peu de réfugiés, de demandeurs d’asile malgré sa situation démographique difficile. Les migrants en situation illégale sont souvent détenus sur de longues périodes en attendant que leur cas soit examiné. Quand ils sont en liberté provisoire, ces étrangers n’ont pas le droit de travailler, d’avoir une assurance maladie ou même un compte bancaire. Toutes ces interdictions sont en contradiction avec le pacte mondial de l’ONU pour des migrations sûres, dénoncent des avocats japonais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.