GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Corée: des concerts en zone démilitarisée pour promouvoir la paix dans le monde

    media Le Festival de musique classique «PLZ» a la particularité de se tenir du côté sud de la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées, la fameuse DMZ, vestige de la guerre froide. Kèoprasith Souvannavong / RFI

    Le 3e Festival de musique classique « PLZ » se tient dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées, la DMZ. Les concerts ont lieu dans divers endroits du site où se sont déroulées les batailles les plus sanglantes de la guerre de Corée.

    De notre envoyé spécial en Corée

    À travers cette manifestation, les organisateurs veulent contribuer à promouvoir la paix dans le monde. Entretien avec Mijung Im, la directrice artistique du festival.

    RFI : Votre festival s’appelle en anglais Peace & Life Zone (« Zone de paix et de vie »), abrégé en « PLZ », un sigle qui fait écho à la fameuse « DMZ » (Demilitarized Zone, ou « Zone démilitarisée »). Au programme : Mozart, Bizet, Chostakovitch et Sarasate, entre autres. Comment vous est venue l'idée de ce rendez-vous annuel ?

    Mijung Im : La musique et la politique sont liées depuis longtemps. Pendant des décennies, des séries de concerts ont été utilisées pour faire pression sur les dirigeants du monde afin qu'ils changent d'avis et de politique. Par exemple, en 2005, la série de concerts Live 8 avait pour objectif de faire pression sur les leaders du G8 pour qu’ils modifient leur politique relative à la dette du tiers-monde. Le lien entre la musique et la politique n’a rien de nouveau et de telles actions ont eu lieu tout au long du XXe siècle en tant que parties intégrantes des mouvements sociaux. [...] Véritable langage universel, la musique s'adresse aux personnes de toutes les cultures, ce qui fait d’elle un puissant moyen d’expression et aussi un vecteur essentiel de changement social et politique.

    Nous souhaitons, à travers notre festival, qui n’est pas la vitrine d’un parti politique mais qui s’inscrit plutôt comme un mouvement social, contribuer à la paix dans le monde grâce à la musique. Cette paix doit passer notamment par la fin de la division de la Corée et des autres pays qui se trouvent dans la même situation. Pour parvenir à cette paix, la première étape pourrait consister à remplacer le nom de la zone coréenne démilitarisée, la DMZ, par la PLZ, la « Zone de paix et de vie », comme l’indique l’intitulé de notre festival.

    Renommer la zone ne mettra peut-être pas fin au conflit mais c’est un geste symbolique et un message fort destiné au monde, pour dire : « Nous pouvons tous vivre ensemble. »

    [Rappelons que, techniquement, les deux Corées restent toujours en guerre, puisqu'aucun traité de paix n'a été signé pour remplacer l'armistice qui a conclu le conflit de 1950-1953. Un conflit fratricide entre le Nord soutenu par la Chine et l'URSS, et le Sud appuyé par les États-Unis, et qui a causé la mort de millions de personnes. NDLR]

    Un concert au jardin botanique de la zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées, lors du Festival de musique classique «PLZ» 2019. Kèoprasith Souvannavong / RFI

    Votre festival a la particularité d'avoir lieu du côté sud de la zone démilitarisée, qui porte bien mal son nom, puisqu’elle est en réalité l’un des sites anachroniques les plus militarisés au monde. Pourquoi avoir choisi de vous produire dans la DMZ, vestige de la guerre froide, qui matérialise physiquement la partition de la péninsule coréenne ?

    La DMZ coréenne est un lieu ironique. L’endroit est considéré comme le plus dangereux au monde mais, en même temps, c’est un coin très pacifique. Comme il n’y a eu aucune guerre sur place depuis près de soixante-dix ans, et comme rien ne peut y être construit, la zone a été naturellement préservée des activités humaines, devenant ainsi une merveille écologique riche en biodiversité. Aujourd’hui, cette véritable écozone contient de nombreux écosystèmes, notamment des forêts, des estuaires et des espaces humides fréquentés par des oiseaux migrateurs.

    C'est la raison pour laquelle notre festival s’appelle « Zone de paix et de vie ». En l’organisant ici, à la DMZ, nous espérons également impulser et voir naître d’autres manifestations dans des zones similaires à travers le monde afin de donner aux festivaliers une expérience de vie holistique avec la musique, la nature et l’Histoire passée, présente et future.

    La directrice artistique du Festival de musique classique «PLZ», Mijung Im. Kèoprasith Souvannavong / RFI

    Il y a des musiciens de l'armée sud-coréenne qui viennent jouer dans le cadre de votre festival « PLZ ». Qu'est-ce qui motive leur participation ?

    Techniquement, les militaires ne peuvent pas se porter volontaires pour se produire à notre festival. Grâce au soutien des commandants de division de la zone démilitarisée, à notre demande, les militaires ont accepté de soutenir notre initiative et, par conséquent, de participer au festival. C’est ainsi que la fanfare militaire vient se produire ici, ce qui est considéré comme un effort très encourageant de la part de l’armée et comme un soutien du gouvernement au festival PLZ.

    Des militaires sud-coréens, venus assister à un des concerts du Festival de musique classique «PLZ» 2019, posent avec joie avec les musiciens. Kèoprasith Souvannavong / RFI

    ► Le Festival de musique classique « PLZ » se tient jusqu’au 5 octobre 2019. Pour en savoir plus : http://plzfestival.kr/eng

    ► Voir aussi notre reportage vidéo sur l'édition 2019 du Festival PLZ :

    Corée: des concerts en zone démilitarisée pour la paix dans le monde

    ► À lire aussi :

    La zone démilitarisée (DMZ), côté sud-coréen. La DMZ, l’un des derniers vestiges de la guerre froide, sépare la Corée du Nord de la Corée du Sud. Les soldats des deux camps se regardent en chiens de faïence, séparés parfois à peine d'une dizaine de mètres. Kèoprasith Souvannavong / RFI
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.