GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le procureur général Avichaï Mandelblit a décidé d'inculper le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans l'affaire 4000», qui concerne un échange présumé de bons procédés avec le patron d'une société de télécoms, a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué.

    Asie-Pacifique

    [Série] La superpuissance maritime chinoise: hier, aujourd'hui et demain

    media Entouré de ses jonques océaniques, l'eunuque d'origine musulmane Zheng He, amiral de la Grande Flotte des Ming pendant l'ère Yongle, au XVe siècle. RFI / Baptiste Condominas

    Rfi.fr et Asialyst.com, le site d’information sur toute l’Asie, vous embarquent dans une nouvelle série consacrée à l'émergence de la Chine comme superpuissance maritime et navale. L'empire du Milieu est aujourd'hui présent sur toutes les mers du globe.

    La Chine n’est pas seulement la seconde puissance économique mondiale. Depuis peu, elle est aussi la deuxième force navale du monde en tonnage, c’est-à-dire en volume de navires de guerre. Certes, elle est encore loin derrière les États-Unis, dont la marine pèse le double. Mais elle est passée devant la Russie.

    La RPC, nouvelle puissance maritime, vraiment ? Pas tout à fait. Au XVe siècle, un explorateur chinois aussi important que Vasco de Gama et Fernand de Magellan menait déjà des expéditions loin en haute mer, de l'Asie du Sud-Est jusqu’aux côtes africaines en passant par le Moyen-Orient. Bien avant Colomb.

    Sa mission : exporter l’éclat de la dynastie Ming. Son nom, Zheng He, est devenu un mythe aujourd’hui récupéré par la propagande de Pékin. Du petit lait pour Xi Jinping et son « rêve chinois » : voilà l’amiral symbole de cette « Chine millénaire », présente sur les eaux et fière de sa puissance montante.

    La leçon d'un « siècle d’humiliations »

    Dans l’intervalle, l’empire du Milieu s'est replié sur son continent. Puis il s'est réessayé tout de même à la compétition maritime internationale, dans la deuxième partie du XIXe siècle. Sauf qu'en 1894, il a vécu « la mère des humiliations » contre le Japon, et son fleuron, la flotte modernisée de Beiyang, a été anéanti.

    Suite à la bataille navale du fleuve Yalu, la Chine perdait définitivement sa position dominatrice en Asie au profit d’un Japon, en pleine ascension. La mer, une petite histoire dans la grande ? Pas tant que ça : les routes de la Soie elles-mêmes ont toujours emprunté des voies maritimes. Quid des Austronésiens ?

    Près de 125 ans après la défaite de la flotte de Beiyang, la plaie est en tout cas toujours béante. Mais Pékin se targue d’avoir retenu la leçon du « siècle d’humiliations » : se doter d’un arsenal impressionnant ne suffit pas. Il faut de la discipline, de l’organisation et surtout, la fin de la corruption. À bon entendeur !

    Comment les Chinois tissent-ils leur toile ?

    En cette année 2019, la République populaire de Chine fête ses 70 ans. En amont, elle a dû repenser tout entier son rapport à la haute mer, au grand large, pour en faire un élément constitutif de son identité. Dans le temps, les conseillers confucéens entourant les empereurs n'étaient pas forcément emballés par l'idée.

    Comment les Chinois actuels, ces briscards des mers qui rêvent de tisser leur toile sur tous les océans, opèrent-il cet éclatant retour aux sources ? Comment usent-ils de tous les moyens - chalutiers, lutte contre la piraterie, prospection d’hydrocarbures, tourisme - pour élargir leur zone d’influence maritime ?

    C’est l’objet de ce premier volet, intitulé « La Chine maritime et navale, d'hier à aujourd'hui ». L'acte introductif de notre nouvelle série au long cours sur la Chine en haute mer, à retrouver sur Asialyst.com dans les prochains mois, en partenariat avec le site internet de RFI. D'ici là, voici nos sept premiers articles.

    Volet I : « La Chine maritime et navale, d'hier à aujourd'hui »

    (1/7) Les aventures de Zheng He

    (2/7) Avant Zheng He, les Austronésiens à la barre

    (3/7) La défaite fondatrice contre le Japon

    (4/7) La marine désormais au cœur de la puissance

    (5/7) Quand Pékin lutte contre la piraterie

    (6/7) Pêche et prospection, l'avant-poste de la puissance

    (7/7) Les touristes chinois sur tous les océans

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.