GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Violences en marge de l'élection présidentielle au Sri Lanka

    media Alors que les files de votants s'allongent dans le pays, une attaque a eu lieu sur un bus qui transportait des électeurs musulmans. REUTERS/Dinuka Liyanawatte

    Ce samedi 16 novembre dans la matinée, un convoi de bus transportant des électeurs musulmans a été attaqué à coup de pierres et d’armes à feu, dans le nord-ouest du Sri Lanka. Aucune victime grave à déplorer pour l’instant, mais cela pourrait avoir un impact sur la participation dans cette partie du pays.

    Avec notre correspondant régional, Sébastien Farcis

    Les assaillants ont barré une route du nord-ouest de l’île, avec des pneus enflammés et des barrières improvisées. Ceci afin de ralentir ce convoi, composé de plusieurs bus affrétés pour transporter des électeurs musulmans. Ils ont ensuite caillassé et tiré des balles dans les vitres d’au moins deux des véhicules, avant de s’enfuir. Aucune personne n’ont été gravement blessée et les électeurs ont pu se rendre au bureau de vote.

    On ne sait pas encore qui est derrière cette attaque, mais les regards se tournent vers le camp de Gotabhaya Rajapakse, candidat favori de cette présidentielle. Ses partisans ont déjà cherché à intimider les électeurs musulmans et tamouls, qui pourraient voter pour son opposant.

    ►À lire aussi : Le clan Rajapakse en bonne position pour retourner au pouvoir au Sri Lanka

    À la fin de la guerre civile contre les Tigres tamouls, quand son frère Mahinda Rajapakse était président, beaucoup de Tamouls, suspectés d’aider la rébellion, ont été arrêtés de manière arbitraire par l’armée. Beaucoup ont donc peur du retour de ce clan réputé pour sa politique autoritaire. Et les musulmans, eux, craignent que les Rajapakse soutiennent les extrémistes bouddhistes qui saccagent régulièrement des commerces musulmans depuis un an.

    Les élections ont lieu dans un climat déjà assez anxiogène. Quelques mois après les attentats qui ont tués 290 personnes et blessés 500 autres à Columbo, le discours s'est fait sur la sécurité ce qui a favorisé le candidat du clan Rajapakse.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.