GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Présidentielle au Sri Lanka: Gotabhaya Rajapakse arrive à la tête du pays

    media Gotabhaya Rajapakse (notre photo) a obtenu «entre 53 et 54%» des voix, annonce son parti. Jewel SAMAD / AFP

    La commission électorale a annoncé ce dimanche 17 novembre la victoire de Gotabhaya Rajapakse, surnommé « Terminator » à la présidentielle de samedi. Les résultats du scrutin montrent cependant une profonde division de l’électorat.

    « Réjouissons nous de manière apaisée, avec dignité et discipline. Et souvenons nous que tous les Sri Lankais doivent être inclus dans cette nouvelle aventure ». C’est avec ce message de rassemblement, signale notre correspondant régional, Sébastien Farcis, que Gotabhaya Rajapakse a annoncé sa victoire ce dimanche. Quelques minutes après que son rival Sajith Premadasa a concédé sa défaite.

    Selon des résultats officiels, l'ex-militaire de 70 ans a obtenu 52,25% des voix. « C'est une victoire nette. Nous l'avions envisagée. Nous sommes très heureux que "Gota" soit notre prochain président », avait déclaré son porte-parole Keheliya Rambukwella à l'AFP avant la publication des résultats officiels, indiquant que le candidat devrait prêter serment lundi ou mardi.

    Campagne nationaliste

    Les résultats montrent cependant une profonde division de l’électorat, analyse notre correspondant. Les observateurs s'attendaient à ce que les résultats des zones cinghalaises, la majorité ethnique du pays qui forme la base électorale des Rajapakse, lui fassent franchir la barre des 50%.

    Les régions à forte concentration de Tamouls ou de musulmans ont voté contre Rajapakse, signe d’une crainte des minorités envers le nouveau président. Son rival Sajith Premadasa, le candidat du parti au pouvoir, était derrière avec 41,99% des voix, selon ces résultats définitifs.

    Gotabhaya Rajapakse a mené une campagne nationaliste et axée sur la sécurité, dans une nation encore meurtrie par les attentats jihadistes de Pâques qui ont fait 269 morts. Le 21 avril, des kamikazes s'étaient fait exploser dans des hôtels de luxe et des églises chrétiennes en pleine messe.

    Souvenir de division et de répression

    Le clan des Rajapakse a laissé un souvenir de division et de répression des minorités : Mahinda, le frère de Gotabhaya et ex-président (2005-2015), a régné d’une main de fer sur l’île pendant dix ans, a mis fin à la guerre contre la rébellion tamoule dans un bain de sang, qui aurait coûté la vie à plus de 10 000 civils tamouls. Et les membres de cette minorité ont été arrêtés de manière arbitraire, accusés de collaborer avec les rebelles.

    Gotabhaya Rajapakse, surnommé « Terminator », était secrétaire d’État à la Défense à cette époque et il est accusé de tortures devant un tribunal américain. Il devra donc prouver qu’il peut respecter le droit des deux principales minorités du pays, les Tamouls et les musulmans, qui représentent à elles deux 21% de la population sri lankaise.

    Pendant la campagne, le nouveau président a affirmé qu’il fallait oublier ce passé, ce qui est choquant pour Ruki Fernando, activiste dans l’ONG Inform.

    « Pour les personnes dont les terres sont encore occupées par l’armée, ce n’est pas une question au passé : il s’agit d’accéder à des ressources, c’est donc du présent et même du futur. Pour celles qui cherchent leurs proches disparus, c’est du présent, car les personnes cherchent toujours leurs proches et veulent des réponses. »

    Gotabhaya Rajapakse vient de déclarer qu’il serait le président de tous les Sri Lankais, mais acceptera-t-il les critiques, se demande ce militant des droits de l’homme ?

    « C’est un militaire pur sucre. Une approche militaire du pouvoir ne convient pas à la démocratie. Le pouvoir militaire est très hiérarchique et n’accepte pas les remises en causes ou la critique. Cela sera donc très difficile pour un homme avec une expérience militaire aussi marquée d’adopter une pratique plus civile et démocratique du pouvoir. »

    Gotabhaya Rajapakse sera le premier militaire de carrière à diriger le Sri Lanka. 

     

     

     

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.