GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 1 Décembre
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine ne veut plus être la poubelle du monde

    media La décision de la Chine en 2018 de cesser l'importation de déchets plastiques a suscité le chaos sur le marché mondial du recyclage. Getty Images

    La Chine ne veut plus être la poubelle du monde et a encore renforcé la lutte contre les importations de déchets étrangers.

    De notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    La deuxième économie du monde ne veut plus des déchets des autres après avoir considéré longtemps ces poubelles comme des matières premières convertibles en énergie. Le retournement est récent. Et c’est ce qui a surpris probablement des pays comme la Malaisie. Cela a commencé en 2005, puis cela a été acté en 2017. Et cela s’est fait par étapes, catégorie par catégorie de déchets. À la fin de cette année officiellement, c’est fini : plus d’importations mêmes pour les résidus textiles et papiers jusqu’alors récupérés. 

    La Chine ne veut plus des déchets et le répète au moment des Congrès du parti. Au printemps dernier, on a entendu le patron des douanes Ni Yuefeng se féliciter des résultats de la lutte contre le trafic. L’opération « Ciel bleu 2018 » aurait permis, disait-il, de réduire de 46% les importations de déchets solides.

    Le robinet pas totalement fermé

    Alors on ne parle plus d’importations, mais de « trafic ». Il y a toujours des déchets étrangers qui arrivent en Chine. Un exemple dans le cadre de l’opération « Ciel bleu 2019 », les douaniers ont arrêté depuis le début de l’année, 58 suspects et intercepté 111 000 tonnes de déchets, notamment des résidus plastiques, selon l’agence Chine Nouvelle. Et ce n’est probablement que la partie émergée de ce qui reste de l’iceberg. Mais concrètement, on voit quand même le changement. Pékin repousse moins ses déchets sous le tapis des périphéries. Désormais on voit moins ces villages poubelles comme ils pouvaient en exister il y a quelques années de l’autre côté du sixième périphérique de la capitale chinoise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.