GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rajapaksa élu au Sri Lanka: vers un nouveau rapprochement avec la Chine

    media Gotabaya Rajapaksa lors de la cérémonie de prestation de serment à Anuradhapura, ce lundi 18 novembre 2019. REUTERS/Dinuka Liyanawatte

    Le Sri Lanka a opté pour le retour au pouvoir du clan Rajapaksa, particulièrement craint par les minorités tamoules et musulmanes. Au-delà de l’aspect sécuritaire, les Sri Lankais ont opté pour un président qui devrait opérer un rééquilibrage géopolitique.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    Le nouveau président du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa a prêté serment ce lundi dans un temple bouddhiste, actant le retour au pouvoir du puissant et redouté clan des Rajapaksa, sept mois après une vague d’attentats meurtriers.

    Un retour qui aura aussi des conséquences géopolitiques. L'île pourrait se tourner davantage vers la Chine. Le frère de Gotabaya Rajapaksa, Mahinda, a en effet grandement ouvert le pays aux investissements chinois quand il était président entre 2005 et 2015. En quelques années, Pékin construit alors deux ports, un aéroport, un centre de congrès et des kilomètres d’autoroutes, le tout grâce à des emprunts commerciaux chinois.

    ►À lire aussi : Présidentielle au Sri Lanka : Gotabhaya Rajapaksa arrive à la tête du pays

    À la fin de son mandat, Colombo doit cinq milliards d’euros aux banques chinoises, soit environ 9 % de son PIB de l’époque. Des sommes très difficiles à rembourser. Son successeur, le président sortant Mahitripala Sirisena essaie de dénoncer ces contrats, mais n’y arrive pas et doit céder à la place un port stratégique aux Chinois.

    L'Inde, grande perdante

    Le Sri Lanka est donc tombé, comme beaucoup de pays de la région, dans le piège de la dette chinoise, et l’influence de Pékin ne pourrait que s’accroître maintenant que le clan des Rajapaksa, qui a des liens étroits avec le pouvoir chinois, revient au pouvoir.

    L’Inde, allié naturel et traditionnel, est la grande perdante même si New Delhi cherche à rattraper son retard : le Premier ministre Narendra Modi a ainsi rencontré Mahinda Rajapaksa deux fois depuis un an.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.