GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
    • COP25: un accord a minima a été adopté en séance publique à Madrid
    • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
    • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
    • Culture: l'actrice Anna Karina est morte d'un cancer à 79 ans (agent à l'AFP)
    • La Chine suspend des taxes supplémentaires sur certains produits américains (ministère chinois des Finances)
    • Le sud des Philippines a été frappé par un séisme de magnitude 6,8 (USGS)
    Asie-Pacifique

    Un ancien employé du consulat britannique à Hong Kong affirme avoir été torturé

    media Un protestataire arborant un portrait de Simon Cheng, en août 2019 à Hong Kong. Anthony WALLACE / AFP

    Arrêté en Chine en août dernier, après s'être rendu à Shenzhen, un ex-employé du consulat britannique de Hong Kong affirme avoir été torturé par la police secrète du régime de Pékin.

    Doté d'un passeport hongkongais, le jeune Simon Cheng avait disparu le 8 août 2019 après s'être rendu à Shenzhen, une ville frontalière de la région administrative spéciale, située dans le sud de la Chine. Pékin avait par la suite annoncé que l'employé consulaire faisait l'objet d'un placement en détention de 15 jours. Motif : il aurait à l'époque enfreint une loi sur la sécurité publique.

    Remis en liberté depuis lors, M. Cheng a accusé ce mercredi 20 novembre la police secrète du régime communiste chinois de l'avoir torturé pour lui extirper des informations. Leur intérêt portait, assure-t-il dans un long post déposé sur sa page Facebook personnelle, sur les manifestations qui ébranlent l'ancienne colonie britannique depuis de longs mois, depuis ce fameux projet de loi sur l'extradition.

    « Je m'exprime maintenant, parce que cette affaire est pertinente pour l'opinion publique », écrit M. Cheng, qui dit avoir été interrogé sur son rôle dans les manifestations, le rôle de Londres et sur ce qu'il savait de l'éventuelle participation de Chinois. En interrogatoire, les yeux bandés, il aurait été privé de sommeil, forcé de rester plusieurs heures dans des positions inconfortables, pendu par les mains.

    Réagissant sur la BBC, le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que ce témoignage était crédible à ses yeux, et que les faits rapportés relevaient d'actes « de torture ».Il dit avoir convoqué l'ambassadeur de Chine à Londres pour dénoncer « un comportement honteux et scandaleux de la part des autorités chinoises », en violation du droit international.

    Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, qui a dû s'exprimer sur cette affaire ce mercredi, les droits de Simon Cheng ont été « garantis » par la police. Les manifestations dans la région administrative spéciale de Hong Kong sont presque quotidiennes depuis cinq mois. Les participants dénoncent l'emprise de plus en plus pesante de Pékin sur les affaires du territoire autonome.

    Avec agences

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.